Discours d’Eric Piolle au meeting de la Bastille – 19 mars 2014
Partager

Discours d’Éric Piolle au meeting du mercredi 19 mars 2014 au sommet de la Bastille devant 900 auditeurs.

Eric Piolle, Discours de la Bastille

Le texte du discours d’Eric Piolle à la Bastille

Merci d’être ici. Merci pour votre chaleur. Et merci pour votre énergie ! C’est un honneur pour moi d’être à cette tribune, ce soir, au milieu de vous tous. C’est un bonheur, de voir des visages familiers. Toutes celles et ceux qui, depuis plus d’un an, font vivre le Rassemblement. C’est un plaisir, de voir aussi qu’à chaque fois, à chaque grand temps public, nous sommes de plus en plus nombreux. Que des Grenoblois de tous les horizons viennent nous voir, nous interroger. Les uns pour rejoindre le Rassemblement, les autres pour se faire leur propre idée sur cette formidable aventure. C’est une responsabilité pour moi, de voir que les Grenoblois sont prêts, une fois de plus, à se rassembler, au delà des étiquettes et des vieux clivages. A se rassembler autour d’un projet, autour d’idées nouvelles, et à  tout simplement donner le meilleur d’eux mêmes pour faire en sorte que notre ville aille mieux et que le quotidien de ceux qui y vivent s’améliore. Et ce n’est pas un vain mot, quand on regarde ce qui se passe en ce moment, ici comme ailleurs… Alors, c’est vrai je ne suis pas né à Grenoble. Comme pas mal d’entre vous, je suis venu à Grenoble, il y a des années ; un peu pour les études, et beaucoup pour la montagne. Je ne suis pas né à Grenoble, mais c’est à Grenoble que j’ai fondé ma famille. C’est à Grenoble que j’ai construit ma vie professionnelle. Toutes les listes ont à la bouche le « modèle grenoblois ». On m’a dit à plusieurs reprises pendant cette campagne que je suis un condensé du modèle grenoblois à moi tout seul. Peut-être parce que j’ai été formé par l’INPG. Parce que j’ai cofondé une PME de haute technologie avec des chercheurs de l’INRIA, que j’ai travaillé dans des entreprises industrielles du bassin, que je suis devenu cadre dirigeant dans un groupe international. Un condensé du légendaire triptyque université / recherche / industrie. Mais tout autant que ce parcours professionnel, ce sont mes engagements associatifs, collectif Roosevelt, parents d’élève, aux côtés des sans-papiers, des sans école aussi, c’est ma passion pour le sport et la montagne, c’est l’utilisation du tram et du vélo au quotidien qui font dire à certains que je suis un condensé du modèle grenoblois… J’ai poussé le souci du détail jusqu’à faire mes études dans le même lycée qu’Hubert Dubedout. Et c’est finalement peut-être aussi parce que je me suis engagé dans le paysage politique en 2009, au sein d’Europe écologie. A Grenoble, la société civile a l’habitude de venir bouleverser les pratiques installées du jeu politique. Faire de la politique, au fond, c’est seulement une façon d’être citoyen, mais à temps complet. Pour certains, la politique est une carrière, une carrière à vie. Une carrière rythmée par les élections, les alliances, les habitudes, les intrigues. Une carrière ou chacun passe des décennies à tenter de gravir les marches unes à unes, à écraser ses concurrents ou à attendre le moment où les anciens laissent enfin la place et que, enfin, ca y’est, « c’est mon tour ». Permettez-moi, d’où je viens et avec ce que je suis, de ne pas du tout, partager cette vision de l’engagement politique. Permettez-moi de penser que ce dévoiement de la fonction et de l’engagement politique, est l’une des raisons majeures des crises que nous devons affronter. ************************************************************** J’ai dit que je suis arrivé à Grenoble en 1993. Dans les premières années, on ne parlait pas beaucoup de transition sociale et écologique. On ne parlait pas énormément de démocratie locale. Et encore moins d’innovation. On parlait, d’abord et avant tout de la corruption d’un maire. On parlait de la ruine des services publics locaux, et des drames humains que cela provoquait. On parlait de l’explosion hallucinante de l’endettement de la ville. On parlait d’une ville mise à sac par un système, par un clan et par son chef, un certain Monsieur Carignon. On pense qu’ils ont disparu, ceux qui avaient mené la ville dans ces sombres moments. Eh bien non !!  Ils reviennent, reprennent des responsabilités, se trouvent de nouveaux amis au pouvoir et proposent aujourd’hui les mêmes vieilles solutions, les partenariats publics privés, les restrictions de service, les délégations au privé. Ils ont ruiné la Ville. Ils ont ruiné la France. Et ils voudraient maintenant nous donner des leçons de gestion. Quel culot ! Je n’accepte pas que cette droite ait comme projet pour notre ville, en 2014, de continuer à verser des millions d’euros d’argent public aux actionnaires de quelques grandes entreprises de l’agglo sans JAMAIS JAMAIS demander de contreparties sur le plan social ou environnemental, ni sur le plan éthique. L’argent public est précieux, et la puissance publique n’est pas la pompe à essence d’une économie de la rentabilité à court terme, ni celle du sacrifice des ressources naturelles. Je n’accepte pas de voir cette droite proposer de faire de Grenoble un laboratoire et des Grenoblois des cobayes pour tester un boom de la vidéosurveillance. La sécurité est un sujet sérieux, sur lesquels nous avons besoin de résultats, pas de coup d’éclats. Nous refusons de courir derrière le maire de Nice, Christian Estrosi. Cette droite-là ne fait pas de la politique. Elle fait des affaires !!   et leurs sales histoires donnent du grain à moudre à d’autres, pires encore ! qui font eux aussi de la politique une affaire de famille, une histoire de clans, et qui profitent de tout ce qui va mal pour séduire Vous les avez reconnus, ces affairistes et leurs faux ennemis : la droite dure et la droite extrême, qui marchent du même pas et avancent leurs pions à chaque fois que nous reculons, à chaque fois que nous hésitons. ************************************************************** Voilà pourquoi la politique doit être une activité au service des autres. Voilà pourquoi elle demande du courage, de la détermination et du souffle. Et il y a des gens qui savent insuffler cet esprit. Nous sommes à Grenoble. Il serait facile de parler de Mendès France… Dans les années 90, quand je suis venu à Grenoble, on parlait aussi d’un homme, un conseiller municipal. Un homme qui, en s’appuyant sur son travail, du courage et sur la force du droit, allait aider à débarrasser Grenoble du maire corrompu. Un homme à qui toute une ville a dit « Merci ». Cet homme, vous le connaissez, c’est Raymond Avrillier. Il le sait, parce que je le lui dis souvent, mais c’est pour moi un honneur qu’il ait accepté de figurer sur la liste que je conduis. Raymond, c’est une grande fierté, pour moi, d’être TON co-listier ! Et je voudrais en profiter pour dire mon bonheur d’être entouré par toutes celles et tous ceux qui m’ont fait confiance, depuis des mois, pour conduire cette belle liste ! C’est une des choses qui me fait avancer : porter cet espoir et ces idées, ces valeurs collectives, qui sont le ciment de notre engagement. Merci, à vous toutes et tous mes compagnons de campagne ! Nous nous sommes retrouvés autour d’une idée commune : dépasser nos origines et nos certitudes, pour agir et proposer ensemble. C’est ce qui me constitue. C’est la raison de notre réussite, aussi ! Si aujourd’hui je tiens autant à rassembler, à dépasser les étiquettes, à fédérer, non pas autour d’un parti ou d’un clan, mais autour d’un projet et de valeurs, issus d’une histoire faite d’engagements, c’est parce que je sais ce que je dois – ce que nous devons – à celles et ceux qui se sont battus, à celles et ceux qui ont eu le courage de tenir leur idées droites, à ceux qui n’ont pas accepté la fatalité. Et puis, en politique, comme dans d’autres domaines, j’ai vu ce qui arrive, quand on laisse les manettes à des bureaucrates, à des personnes coupées depuis trop longtemps de la vie des gens comme vous et moi, de notre quotidien de salariés du public, du privé, d’ingénieur, d’ouvrier, d’étudiants, de retraité, ou de demandeurs d’emplois. Cela vaut pour la vie professionnelle comme pour la vie politique : les technocrates ont toujours au mieux un temps de retard, et au pire beaucoup de temps à perdre, à partir dans des mauvaises directions. Dans mon parcours professionnel, vous le savez peut-être, je me suis heurté à cette logique quand je me suis opposé à la mise en œuvre d’un plan de licenciement qui allait toucher mes équipes. Un plan de délocalisation dont l’auteur vivait bien loin d’ici, et qui en réalité n’avait juste aucune conscience de ce qu’il faisait ; et qu’il allait ruiner la vie de centaines de personnes. Des gens qu’il ne croise jamais en allant faire ses courses. Parce qu’il ne connaissait rien de la réalité de leur vie, il allait appuyer sur le bouton « juste comme cela, parce que c’est comme ça qu’on fait ». Je me suis engagé en politique parce que je n’accepte pas que l’on donne, ou qu’on laisse les manettes à ceux pour qui elles ne sont que des jouets. Je n’accepte pas qu’on laisse des gens manipuler ces jouets pour gagner encore plus de pouvoir. J’ai vu les désastres que cela provoque ! ******************************************************************** Heureusement, on le sent sur le terrain et on l’entend partout, les grenoblois attendent autre chose. C’est rassurant, et surtout cohérent, de voir que la ville de la Journée des tuiles, des premières mutuelles, la ville du premier planning familial, de toutes les innovations sociales et démocratiques, la ville de Dubedout, la première grande ville de France à faire le choix du tram et de la municipalisation de l’eau… … c’est rassurant de voir que cette ville est décidée à rester à continuer le chemin. Pendant la campagne, lorsque je fais des réunions d’appartement, on me dit souvent qu’en fait, ce qui se passe à Grenoble, c’est un peu comme une primaire à Gauche. Que les grenoblois ont de la chance parce qu’ils ont le choix entre deux gauches : celle repliée sur le Parti Socialiste avec les dérives que l’on connaît, et celle qui se retrouve dans le Rassemblement. Ils ont le choix entre une gauche par habitude, et une gauche par envie. Entre un parti traditionnel et une nouvelle forme de mouvement Entre une gauche bureaucratique, et une gauche démocratique… Entre une gauche qui nous explique qu’il faut gérer la crise en attendant la croissance Et une gauche qui est déjà écologiste, qui dépasse les étiquettes, qui est résolument citoyenne. Bref, dimanche, les Grenobloises et les Grenoblois auront le choix…entre d’un côté ceux qui rêvent du monde d’hier et de l’autre une force politique d’avenir. Je ne suis pas né à Grenoble, mais j’y vis depuis assez longtemps pour savoir que les habitants de cette ville sont capables de beaucoup de choses ! Dimanche, à Grenoble, tout est possible ! J’ai dit en commençant que ce qui m’intéresse moi, ce n’est pas les étiquettes, c’est les contenus. Mon objectif est le même depuis le premier jour de cette campagne, et il  restera le même bien après l’élection, pendant tout le mandat : Je veux réconcilier la gauche, la rassembler, et au-delà tous les grenoblois. On a vu la fébrilité de cette fin de campagne dans les derniers tracts de nos concurrents : la liste socialiste joue la division et tente d’opposer les grenoblois les uns contre les autres. Les mots utilisés sont tellement grotesques que beaucoup d’habitants nous ont dit que cela les avait fait rire. Heureusement, le ridicule ne tue pas. Mais il peut nuire. Nous pourrions considérer ces attaques comme anti-républicaines, nous nous contenterons de les trouver risibles. J’appelle la liste socialiste à plus de sérénité. Je les appelle à prendre de la hauteur, à se hisser au niveau d’un vrai débat politique, sérieux, crédible et respectueux. On dirait des enfants gâtés jouant avec leurs jouets pour les tordre, les briser… On est loin de Jaurès, de Mendès-France. Un scrutin appartient aux électeurs, pas à ceux qui leur demandent de leur faire confiance. Pour ma part, je ne dévierai pas. Je ne répondrai pas. Je ferai ce que nous avons dit, car c’est comme cela que nous entretiendrons la confiance de toutes celles et tous ceux qui se retrouveront dans nos idées, dans notre démarche, dans les valeurs républicaines, de gauche, humanistes. Je ne veux pas seulement rassembler à gauche. Je veux réconcilier ce qui a été cassé en 2008. Je veux permettre l’alliance du meilleur de la gauche et de l’écologie. Je veux garder ce lien avec les habitants, avec les réseaux citoyens, pour qu’ils continuent encore et encore à bousculer la vie politique. Je le dis aux Grenoblois, comme nous le disons depuis le 1er jour du rassemblement : si vous faites le choix du rassemblement citoyen, si vous nous mettez en tête le soir du premier tour, je rassemblerai toute la gauche, tous les écologistes, tous les humanistes… et au-delà tous les Grenoblois de bonne volonté. On ne peut pas recréer la confiance en étant élu seulement par une minorité des électeurs. Je le redis donc clairement : si je suis en tête, les socialistes et toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans nos valeurs, dans notre projet, seront les bienvenus dans le rassemblement ! Le soir du premier tour, notre victoire verra l’ouverture des portes de la mairie ! Pour le moment, je constate que nous sommes les seuls, aujourd’hui, à vouloir rassembler les Grenoblois, donc les seuls à pouvoir rassembler la gauche. Après des mois de campagne, de rencontre… nous sommes au coeur de la gauche et au cœur de l’écologie … A chaque fois, nous avons une idée d’avance sur les autres. Ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de bonnes idées aussi, parfois ; ça veut dire qu’ils les ont – la plupart du temps – après nous ! Nous voulons redonner à Grenoble un temps d’avance !… Regardez, la municipalisation de l’eau. A l’époque, il avait fallu aller jusqu’au tribunal pour qu’ils finissent enfin par appliquer leur propre engagement de campagne. Aujourd’hui Grenoble a 15 ans d’avance sur toutes les autres grandes villes qui se mettent à remunicipaliser les biens communs : l’eau ; l’énergie… Regardez les déplacements, il y a 10 ans nous disions « la rocade nord c’est dépassé, il faut réfléchir aux modes de déplacement alternatifs : il faut plus de tram, plus de pistes cyclables et pourquoi pas le transport par câble ». Ils ont mis 10 ans !  10 ans et 40 millions euros d’études pour, au final, accepter l’idée qu’en effet, la rocade nord c’était dépassé et qu’il fallait se remettre à bâtir une nouvelle ligne de Tram. Aujourd’hui encore, alors que nous avons vécu un pic de pollution (un plateau en fait) et qu’on annule régulièrement le cross des enfants, PS et UMP continuent à vouloir élargir l’A480 le long du Drac, pour faire passer les camions de la vallée du Rhône sous nos fenêtres. Mais dans 10 ans je peux vous parier ce que vous voulez qu’ils diront « allez, mettons le paquet sur des trams train vers Moirans, Vizille, Crolles, ça ira plus vite ». Grenoble ne peut pas perdre 10 ans ! Grenoble peut reprendre un temps d’avance. C’est la même histoire pour la gratuité des transports, pour les jeunes de 18 à 25 ans et les jours de pollutions, pour les premiers mètres cubes d’eau gratuits : en septembre, ils riaient mais aujourd’hui….tout le monde en parle ! Et demain, nous le ferons ! A ce sujet, je voudrai vous dire merci. Merci à toutes celles et ceux qui, depuis des mois, mènent une campagne extraordinaire. Une campagne extraordinaire sur la forme, avec nos ateliers d’écritures, nos cafés citoyens, nos milliers de portes ouvertes pour aller à la rencontre des grenoblois, etc. Une campagne extraordinaire sur le fond, puisque toutes nos idées sont reprises ici ou là. Nous allons tout faire pour que les trois jours qui nous séparent de l’élection soient trois jours où l’on ne parle que du Rassemblement, et de nos propositions à Grenoble ! Continuons à avoir  un temps d’avance ! C’est la meilleure façon de donner confiance et de faire œuvre utile, pour rassembler les grenoblois, et pour rassembler la gauche. ************************************************************** Nous avons constitué une équipe sérieuse et ambitieuse. Nous savons comment nous allons avancer et à quel rythme. Nous avons chiffré notre projet, et nous avons rendu public le calendrier de nos réformes. Nous avons même identifié les difficultés, où seront les verrous et les conservatismes, sur lesquels nous devrons avancer, pas à pas, mais avec détermination. Nous savons que les Grenoblois sont prêts à engager la transition sociale, économique et écologique ! Nous savons qui nous aidera, et qui nous devrons convaincre pour avancer, tous ensemble, dans la même direction.  … Nous sommes prêts !  Et nous sommes sans doute les seuls à l’être à ce point, et avec autant d’ambition pour notre ville. Il est temps que nous retrouvions ce qui à fait la force de Grenoble, tout au long de son histoire : sa capacité à avoir, sans cesse, une idée d’avance. Sur tous les sujets. C’est parce que Grenoble a été la première ville à annoncer la Révolution Française que je veux que nous rendions du pouvoir d’agir aux habitants, dans tous les quartiers et sur les sujets. Voila comment nous retisserons la confiance ! C’est parce que Grenoble a été la première ville à créer des mutuelles entre ouvriers que je veux que nous reprenions la route de l’innovation sociale et que nous allions encore plus loin dans la solidarité avec les plus fragiles ! C’est parce que Grenoble a été la première ville à retrouver le Tram que je veux que nous continuons à innover dans les transports : les grands défis de demain seront les modes alternatifs, le tram-train, le vélo, les voitures hybrides. Nous irons aussi chercher du coté de la gratuité, tout spécialement chez les jeunes,  c’est la meilleure façon de créer cette culture du déplacement qui réduit la pollution ! C’est parce que Grenoble a été la première ville, à remunicipaliser l’eau que je veux que Grenoble soit la première agglo à avoir un service public de l’énergie, comprenant le gaz et l’électricité, le chauffage urbain. C’est parce que Grenoble a été la première ville de France, , à ouvrir un écoquartier expérimental, la Caserne de Bonne, que je veux que nous démarrions un grand plan de rénovation des logements des Grenoblois, aujourd’hui ce sont de véritables passoires énergétiques et des gouffres financiers pour les ménages. Je veux que toutes les nouvelles constructions de logement obéissent aux meilleures règles de qualité environnementale, tout en restant accessibles aux revenus moyens . Nous sommes prêts ! Je sais que les Grenoblois sont prêts ! Si vous me faites confiance, avec toute l’équipe du Rassemblement je serai un maire qui anticipe, et pas qui subit ! On dit souvent que je suis un écolo un peu surprenant, que je ne colle pas aux clichés.  Un écolo qui vient d’un grande groupe privé, qui a une voiture et qui adore le confit de canard, qui va au stade pour le foot, le basket, le hockey, le tennis, et surtout pour le rugby, un sportif, un humaniste parfois presque chrétien, c’est vrai que ca surprend un peu, au début. Je vais vous dire : si j’adore partager des matchs de rugby, et je continuerai si je suis maire ! c’est aussi parce que dans ces moments, les Grenoblois ne sont pas de gauche, ou de droite. Ils ne sont pas riches ou pauvres. Concurrents ou adversaires.     Ils sont rassemblés. Ils vivent un moment, triste ou grandiose, en donnant tout, et ils font la fête ensemble après. Dimanche prochain, nous pouvons réussir le rassemblement. Nous pouvons réparer ce qui a été cassé. Nous pouvons mieux protéger ceux qui en ont besoin. Nous pouvons redonner à Grenoble un temps d’avance. Mesdames et messieurs, chers amis, Allez dire à tous les habitants de Grenoble, qu’ils soient d’ici ou viennent d’ailleurs qu’il se passe quelque chose dans la ville.  Dites leur de ne pas avoir peur, de ne pas s’abstenir, de ne pas laisser passer cette possibilité. Dites à tous ceux que vous croisez, que vous connaissez que dimanche, nous avons rendez-vous. C’est possible.   Ça n’a jamais été si proche, si évident… Nous pouvons y arriver. Nous en avons envie, nous y travaillons avec ardeur et détermination. Derrière le nuage de pollution, un air nouveau va souffler pour dissiper les brumes et les brouillards…      Il se passe quelque chose. Ca dépend de nous !  ça dépend de chacune et chacun d’entre nous. Il reste trois jours et Tout est possible !… Dites-leur que je compte sur eux, que je compte sur vous. Et qu’ils peuvent compter sur moi. Je serai celui qui anticipe, pas celui qui subit. Dites-leur que s’ils viennent, si nous sommes tous ensemble, nous donnerons un nouvel élan à Grenoble ! Une ville pour tous ceux qui y vivent…Grenoble sera une ville pour tous ! Merci.

Laisser un commentaire