Modification des périmètres des écoles Chorier et Vallier
Partager

De la rentrée 2014 à la rentrée 2015…

La rentrée de septembre 2014 a vu l’arrivée de près de 250 nouveaux élèves dans les écoles de la Ville de Grenoble. Cela a conduit à l’affectation de 11 nouveaux postes de professeurs des écoles par l’Education Nationale et donc l’ouverture de 11 nouvelles classes sur pratiquement tous les secteurs de la Ville :

  • 3 classes en maternelle : les écoles de la Houille Blanche (secteur 3), Beauvert (secteur 4), et Malherbe (secteur 5),
  • 8 classes en élémentaire: les écoles Anthoard (secteur 1), Jean Macé (secteur 1), Lucie Aubrac (secteur 2), Paul Bert (secteur 2), Anatole France (secteur 3), Bajatière (secteur 4), Beauvert (secteur 4) et Jules Ferry (secteur 5)

Les ouvertures de classes ont eu lieu dans les secteurs où il y a eu du renouvellement urbain ces dernières années. Le cas de la reconstruction de l’école Beauvert est à cet égard tout à fait révélateur. Elle a été inaugurée en septembre 2013 au sein de la ZAC Beauvert et un an plus tard elle atteint déjà son niveau de capacité maximale !

Cette dynamique scolaire qu’elle soit liée aux naissances ou à l’arrivée de jeunes ménages sur Grenoble est en soit plutôt une bonne nouvelle. Il est de notre responsabilité d’accueillir ces nouveaux élèves.

Et je dois dire que toute l’équipe municipale est mobilisée depuis les élus de secteurs jusqu’aux élus thématiques. Le service Education m’a ainsi dit que c’était la première fois depuis longtemps que les représentants élus du conseil municipal étaient tous présents dans les conseils d’école, comme ils l’ont été aussi pour accompagner la rentrée scolaire. Je les en remercie au nom de la communauté éducative et du service Education. C’est aussi avec tous ces élus que nous allons à la rencontre des groupes scolaires pour préparer la rentrée prochaine qui va voir encore la population scolaire s’accroître.

La prospective scolaire

Il nous faut mobiliser des moyens pour accueillir les nouveaux élèves. Il faut savoir que ces dernières années, les trois quarts du budget d’investissement pour la maintenance des écoles étaient prélevés pour aménager de nouvelles classes. Ce fut le cas, cette année, à l’école Lucie Aubrac ou à l’école Anthoard où 2 nouvelles salles ont été ajoutées à chacune de ces écoles. Ce fut aussi le cas dans les écoles Jean Macé, Houille Blanche ou à Jules Ferry par exemple pour réaménager des salles existantes.

Dans le cadre de la préparation du budget 2015, nous souhaitons séparer les financements dédiés à l’ouverture de nouvelles classes et ceux qui seront utilisés pour améliorer l’état de nos écoles qui est, je dois le dire, très mauvais. Nous ferons cela en toute transparence et nous informerons les conseils d’école.

Notre méthode, nous l’avons discutée avec la communauté éducative lors d’une réunion, ici à la mairie, le 3 juillet : plutôt que de travailler à court terme, à réagir à l’augmentation de telle ou telle école, nous avons préféré mettre en chantier des projets pérennes. Et ils sont nombreux !  Ces projets aboutiront au bout de 2, 3 ans voire 5 ou 6 ans par l’ouverture de nouvelles classes adaptées au besoin : soit par la réouverture d’anciennes écoles, soit par la réhabilitation de bâtiments transformées en écoles, soit par la construction de nouvelles écoles.

Cependant, alors que ce travail de longue haleine progresse, il nous faut aussi préparer la rentrée 2015. C’est ainsi qu’en parallèle, les services ont travaillé à des scénarios pour préparer la rentrée là où des tensions apparaissent. C’est ainsi le cas

  • sur le secteur 5 dans le périmètre des écoles Léon Jouhaux et Jean Racine,
  • sur le secteur 4 pour l’école primaire Driant-Clémenceau et pour le périmètre des écoles Beauvert et Alphonse Daudet,
  • sur le secteur 2 pour l’école primaire Paul Bert,
  • et avec les écoles du sud du secteur 1.

La situation du secteur 1

Sur le secteur 1, correspondant au Nord-Ouest de la Ville, la population scolaire continue de grandir. L’école Nicolas Chorier, qui nous occupe ce soir, est ainsi saturée en maternelle depuis plusieurs années et elle continuera à l’être durablement. L’école élémentaire va connaître la même situation dès l’année prochaine, et là aussi, de manière durable. Je rappelle qu’en 2009, il y a même eu un mouvement issu de l’école Chorier, qui s’est baptisé le « collectif des sardines ». Celui-ci n’a malheureusement pas réussi à pousser les décideurs politiques à faire émerger des solutions pérennes.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, de nombreux élèves sont réorientés vers des écoles voisines, notamment vers le groupe scolaire Joseph Vallier. Celui-ci dispose en effet de locaux disponibles permettant d’ouvrir de nouvelles classes : une salle en maternelle et quatre en élémentaire.  Jusqu’à maintenant, ces réorientations se faisaient au cas par cas avec beaucoup d’incompréhension de la part des familles.

De notre côté, dès notre arrivée à la ville, nous nous sommes mis au travail sur les scénarios à long terme. Dans un premier temps, nous avons commencé à partager un diagnostic avec la communauté éducative du secteur 1 sud. Nous avons aussi démarré l’exploration des possibilités du territoire. Après que la rentrée fut passée, le 10 novembre, nous avons pu présenter nos prévisions d’effectifs à 8 ans sur ce secteur. Les parents délégués et les enseignants de toutes les écoles du secteur ont pu se saisir de ces chiffres.

D’ailleurs cette rencontre nous a permis de détecter quelques erreurs sur les programmes de logement. Ces erreurs, identifiées grâce à l’expertise d’usage, peuvent avoir des effets non négligeables sur les prévisions. Nous avons donc convenu de nous retrouver mi-janvier pour établir des prévisions partagées entre la municipalité et les habitants.

Comme je l’ai dit, en parallèle, les services des bâtiments et de la prospective urbaine travaillent à identifier des solutions qui permettront de faire face à l’augmentation des effectifs sur le secteur. Evidemment, la solution qui sera retenue en accord avec la communauté éducative et les habitants dépendra des besoins qui auront été calculés.

La modification des périmètres des écoles Chorier et Vallier

Néanmoins, pour ne pas perdre du temps et surtout pour rendre lisible à tous les inscriptions des enfants dans les écoles du secteur, nous avons proposé à la communauté éducative des écoles Chorier et Vallier de modifier leur périmètre. La définition de périmètres scolaires a pour objectif de mettre en adéquation le périmètre de recrutement des élèves avec la capacité d’accueil des écoles. C’est en ce sens, et afin d’apporter une réponse d’ensemble et non individuelle, que cette modification de périmètre a été envisagée. Cette proposition a été faite à la réunion du 10 novembre et expliquée à tous les parents concernés le 1er décembre.

Cette modification de périmètre permettra de limiter à l’avenir les réorientations, qui ne laissent pas la possibilité de prévenir les parents à l’avance, et rend complexe leur organisation.

Cette délibération que nous vous soumettons ce soir a pour objectif de transférer le périmètre des écoles maternelle et élémentaire Nicolas Chorier à celui des écoles maternelle et élémentaire Joseph Vallier les rues ou portions de rues qui sont énumérées dans le tableau joint.  Ce changement de périmètre pourra être ainsi effectif au 1er janvier 2015 pour la campagne des inscriptions scolaires pour la rentrée de septembre 2015.

Laisser un commentaire