Compte administratif 2014 : assumer le passé en changeant de cap
Partager

Qu’est-ce qu’un compte administratif ?

Le compte administratif est un document annuel obligatoire pour les collectivités. Il est établi en fin d’exercice et retrace tous les mouvements effectifs des dépenses et des recettes. Le compte administratif 2014 (établi en 2015) présente ainsi l’exécution du budget 2014 (voté en 2013). Il s’inscrit cette année dans une situation particulière puisqu’il fait le bilan d’un budget voté par l’ancienne majorité mais principalement mis en œuvre et corrigé à la marge (via le budget supplémentaire voté en juillet 2014) par la nouvelle équipe municipale grenobloise.

Ce que montre le compte administratif 2014

Le compte administratif 2014 s’inscrit dans la continuité de la rétrospective financière présentée en décembre dernier : il montre une détérioration rapide et importante des grands équilibres financiers de la Ville enclenchée par l’ancienne majorité dès 2012 et aggravée par la baisses de dotations de l’Etat imposée par le Gouvernement Valls (-2,4 M€ entre 2013 et 2014). Ainsi, l’épargne nette (qui exprime la capacité de la commune à autofinancer une partie de son investissement) a continué de se dégrader, passant de 9,5 M€ en 2012 à 3,8 M€ en 2013 puis à -0,5 M€ en 2014.

De nouvelles évolutions déjà observables

Comme l’avaient annoncé Eric Piolle et Hakim Sabri en conférence de presse le 5 juin 2014, le dernier budget voté par l’ancienne majorité n’était équilibré qu’en apparence. En effet, ni le réaménagement des berges de l’Isère (1 M€), ni le 70ème anniversaire de la Libération de Grenoble n’y étaient inscrits ! Le plus grave était l’oubli d’au moins 6 M€ sur le budget des ressources humaines pour payer les agents de la Ville. Pour solder ces engagements, les élus du Rassemblement avaient été contraints de recourir à un emprunt de 13 M€ voté lors du conseil municipal de juillet 2014 et de fixer un nouveau cap.

En outre, certaines évolutions portées par la nouvelle équipe sur les trois quarts de l’exercice budgétaires (avril à décembre 2014) portent déjà leurs fruits : baisse des dépenses de communication (- 1 millions d’€ par rapport à 2013), des indemnités des élus (- 25%), des voitures de fonctions (- 45 000 €), des frais de réception (- 39%), stabilisation des dépenses RH au dernier trimestre 2014 (jusqu’alors en hausse constante), révision de certains investissements trop coûteux (dont la remise à plat de la Zac de l’Esplanade et l’optimisation de la Zac Presqu’Ile), l’arrivée du FCG au Stade des Alpes (500 000 € économisé), la reprise en gestion publique du Palais des sports (près de 800 000 € économisés) …

Ce changement de cap a clairement marqué la fin du gaspillage de l’argent public, ressource rare et précieuse devant être mise au seul service de l’intérêt général. Les marges de manœuvre ainsi dégagées ont permis de financer dès la première année du mandat les nouvelles priorités choisies par les Grenoblois pour une ville citoyenne, solidaire et écologique !

Quelques chiffres à retenir (évolution 2013-2014) :

Le compte administratif 2014-2

Laisser un commentaire