Grenoble, ville amie des ainés
Partager

La Ville de Grenoble s’apprête à adhérer à l’association francophone des Villes Amies des Ainés. Alors que le nombre de personnes âgées est en croissance constante depuis plusieurs décennies, elle répond ainsi aux nouveaux besoins engendrés par le vieillissement de sa population.

L’évolution démographique des pays occidentaux se caractérise par une forte augmentation du nombre de personnes âgées. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), entre 2000 et 2050, la proportion de la population mondiale de plus de 60 ans doublera pour passer d’environ 11% à 22%. Le nombre absolu de personnes âgées de 60 ans et plus devrait augmenter pour passer de 65 millions à deux milliards au cours de la même période. En France, les projections de l’INSEE indiquent qu’à l’horizon 2050, une personne sur 5 aura 60 ans ou plus. La dynamique de vieillissement des populations est un fait majeur à prendre en compte aujourd’hui et demain pour une meilleure organisation des territoires.

Le réseau « Villes Amies des Ainés » : une initiative de l’OMS

Face à la nécessité pour les villes de s’interroger sur le vieillissement de leur population, est née l’initiative mondiale de « Villes Amies des Ainés » (VADA), lancée en 2005 par l’OMS. L’objectif poursuivi est l’adaptation de nos territoires à une population vieillissante pour permettre les conditions de son épanouissement. En effet, ce phénomène va donner une place centrale aux personnes âgées dans notre société et impacter inévitablement les politiques publiques sur les questions liées au logement (en termes de production et d’adaptation), à la mobilité, à la santé, aux services de proximité, aux équipements publics et à l’économie. La réponse aux besoins des aînés doit donc s’inscrire dans une action publique globale, fondée sur un principe d’universalité et de non-discrimination.

Répondre aux besoins des séniors d’aujourd’hui et de demain

Grenoble, ville solidaire et citoyenne, attentive à toutes les populations qui y vivent, se doit d’anticiper et de relever ce défi. Actuellement, 20% des Grenoblois ont plus de 60 ans, dont près de la moitié ont plus de 75 ans. Et, comme dans la plupart des villes, le nombre de personnes âgées est en augmentation continue, tendance qui va se maintenir dans les prochaines années. La majorité des personnes âgées, principalement des femmes, vivent seules dans leur logement (52%). Pour autant, les personnes âgées d’aujourd’hui n’ont plus grand-chose à voir avec celles d’hier : en meilleure santé, avec en moyenne un meilleur niveau de vie, elles arrivent à l’âge de la retraite avec de nouvelles aspirations, s’investissant dans les différents domaines de la vie sociale locale.

L’enjeu de cette initiative portée par l’OMS est ainsi de favoriser un vieillissement actif et en bonne santé afin d’intégrer au mieux nos ainés dans leur environnement quotidien et leur permettre de développer une vie citoyenne. La spécificité de la démarche « Villes amies des aînés » réside dans son extension délibérée à des domaines allant de l’urbanisme à l’emploi, en passant par la participation sociale et la santé, et ce de manière transversale.

6 thématiques prioritaires pour améliorer le quotidien des ainés

La Ville de Grenoble a choisi d’étudier 6 thématiques prioritaires :

Transport et mobilités : historiquement pionnière en matière d’accessibilité, la Ville de Grenoble se doit de poursuivre son effort pour permettre à tout le monde de se déplacer à son aise, selon son rythme (piétonisation, efforts de signalisation transports collectifs adaptés…). Les personnes âgées profiteront ainsi, comme l’ensemble des Grenoblois, de la Ville apaisée.

Culture, sports et loisirs : si l’on ne compte plus les initiatives locales en matière d’activités sportives, ludiques et culturelles à destination des personnes âgées, la Ville entend structurer un rôle de soutien et de coordination de cette grande richesse d’action. C’est notamment le rôle des Pôles d’Animation Gérontologique et Intergénérationnel, intégrés aux Maisons des Habitants, qui travaillent en lien avec l’ensemble des services publics, des associations et des initiatives citoyennes.

Lien social et solidarités : face au risque d’isolement et de fragilité sociale qui peut peser sur les personnes âgées, la Ville de Grenoble et son CCAS se veulent exemplaires. A travers l’action de leur service social dédié et de leurs multiples relais d’intervention à domicile comme en établissement, notamment associatifs, ils veilleront à ne laisser personne s’enfoncer dans la solitude, le désoeuvrement ou la pauvreté.

Santé et autonomie : source d’inquiétude et de nombreuses difficultés au quotidien, pour les personnes âgées comme pour leurs proches « aidants », les enjeux de santé et d’autonomie sont au coeur du projet de la municipalité. Forts d’une solide expérience en la matière – services d’intervention à domicile, maisons de retraite, centre de jour, maison des aidants – la Ville et son CCAS s’appuieront sur la toute récente Loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement pour franchir un nouveau cap dans la prise en charge des personnes âgées fragiles.

Participation sociale, engagement et citoyenneté : conseils citoyens indépendants, tables de quartier, assises citoyennes, comités d’usagers dans les maisons des habitants, budget participatif et maintenant votation citoyenne, la Ville de Grenoble propose depuis deux ans aux Grenoblois une révolution citoyenne. Dans le cadre de la démarche Ville Amie des Aînés, une attention toute particulière sera portée à la participation des personnes âgées à l’ensemble de ces démarches. Leur forte présence dans les groupes de travail qui ont élaboré le plan stratégique du CCAS constitue un signal encourageant.

Habitat et environnement : en termes de menaces liées au vieillissement du bâti comme de pollution urbaine, les personnes âgées sont en première, ligne, à la fois témoins précieux et citoyens à protéger en priorité. Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Municipal de Santé (qui met la priorité sur la santé environnementale), ainsi que de la démarche « Ville de demain », les personnes âgées seront étroitement associées à la transformation de l’espace urbain, pour une ville plus respirable, plus saine, plus sécurisée.

La démarche « Ville amie des aînés » est participative, reposant sur une mobilisation de l’ensemble des parties prenantes. Elle se fonde plus particulièrement sur l’expérience des habitants et notamment sur celle des aînés, qui seront sollicités à plusieurs reprises dans la démarche.

Le Protocole de Vancouver fixe le cadre théorique et méthodologique du projet. Le programme proposé, d’une durée de cinq ans, se compose de plusieurs phases. La réalisation d’un audit urbain, l’élaboration d’un plan d’action triennal, la mise en place de ce plan et enfin l’évaluation du travail mis en oeuvre. Cette démarche transversale va être déployée sur la période 2016-2021 et a vocation à fédérer l’ensemble des services de la ville et du CCAS de Grenoble. Elle s’inscrit en lien avec le Plan municipal de santé et le Plan stratégique du CCAS.

Le Comité de Pilotage Ville amie des aînés, composé d’universitaires, d’habitants, de professionnels et d’élus, sera mobilisé pour suivre l’avancée des actions et les résultats obtenus.

Laisser un commentaire