La ville durable, ou l’urbanisme autrement (Mars 2016)
Partager

Tribune Gre.mag de mars 2016 – Tournant la page des projets pharaoniques et de la minéralisation de Grenoble, notre majorité mise sur un urbanisme raisonné.

Tournant la page des projets pharaoniques et de la minéralisation de Grenoble, notre majorité mise sur un urbanisme raisonné.

Construire et rénover des logements pour tous, relever les défis environnementaux, mixer les activités… bâtir une ville à taille humaine nécessite une vision de long terme, beaucoup de volontarisme et de sortir des méthodes du siècle dernier.

La modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU) en décembre 2014 a été un premier pas, en augmentant à 40 % la part de logement social dans les constructions neuves (surtout au nord de la ville), en allant plus loin que la réglementation nationale en matière d’isolation thermique et en abaissant les hauteurs. Désormais cap est mis sur le PLU intercommunal pour construire une cohérence d’agglomération, répartir harmonieusement les constructions sur le territoire de la Métropole, lutter contre l’étalement urbain et préserver les terres agricoles.

Bâtir la ville durable, c’est contribuer à répondre aux 14 000 demandes de logements sociaux dans l’agglomération, avec l’objectif d’atteindre 25% à Grenoble d’ici 2025 et 30% à terme par des constructions nouvelles, des réhabilitations, la transformation de bureaux vacants, etc.

Bâtir la ville durable, c’est porter une politique de rénovation, de solidarité et de développement économique ambitieuse dans tous les quartiers dont Mistral, Villeneuve ou l’Abbaye.

Bâtir la ville durable, c’est donner plus de place à la végétation en pleine terre pour un cadre de vie agréable et la réduction de la chaleur en ville. C’est varier les formes urbaines et rompre avec la monotonie des bâtiments pour favoriser la circulation de l’air et valoriser les vues sur nos belles montagnes.

L’urbanisme grenoblois change sa manière de faire pour les constructions à venir. De la Presqu’île à la ZAC Flaubert en passant par l’Esplanade, il ne s’agit plus d’imposer, mais d’écouter et de co-construire. Le Grenoble de demain se construit aujourd’hui, avec et pour les Grenoblois-es !