Grenoble lutte contre toutes les discriminations
Partager

L’adhésion de Grenoble à la plateforme « Egalité contre le racisme » lors du conseil municipal du 21 mars 2016 a été l’occasion, pour Emmanuel Carroz, de rappeler la pluralité des actions de la Ville pour lutter au quotidien contre toutes les formes de discriminations.

Ce jour de conseil municipal est également celui de la journée mondiale contre le racisme, alors que notre pays est confronté à un climat délétère : attentats, chômage, incertitude sur les protections sociales, difficultés pour les jeunes de se projeter dans l’avenir…Ce terreau distille une peur irrationnelle, attisée par des discours nauséabonds.

Ainsi, plus de 2 000 actes racistes, antisémites et anti-musulmans en 2015 ont été enregistrés, selon les chiffres communiqués par la Dilcra (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme). Peut-être parce que les signalements se font plus systématiquement. Mais sans doute hélas ces actes sont en augmentation, avec des pics après les attentats de janvier et novembre 2015.

C’est ainsi la première fois que l’on franchit la barre des 2 000 actes recensés.

Pourtant les associations, les pouvoirs publics se mobilisent encore et toujours.

En ce qui concerne la ville de Grenoble, nous réactivons la quinzaine contre le racisme et les discriminations, en partenariat avec Grenoble Alpes Métropole, le collectif Migrant En Isère, Arménie Entraide et Promotion, TERAKTYS, SOS Racisme et l’IUT 2, le Printemps du Livre, les détours de Babel.

Cette mobilisation est en lien avec l’histoire de Grenoble, riche de sa diversité, et en cohérence avec la solidarité aux migrants affirmée à l’automne dernier.

Cette quinzaine, centrée sur le thème des migrations, inaugurée par le maire le mercredi 23 mars avec des parrainages républicains, se terminera par la signature de la charte pour l’égalité du défenseur des droits et l’adhésion à la plateforme contre le racisme, le 2 avril, par la Ville et par la Métropole.

La ville et le CCAS ont également remis à jour un guide en direction des agents concernant l’égalité au travail et leurs recours face aux discriminations.

Pourtant face à la prolifération des propos et comportements à caractère raciste, l’absence de lisibilité des dispositifs et des actions de prévention est problématique. Souvent isolées, les personnes confrontées au racisme et à la xénophobie ignorent les recours à leur disposition et ne savent pas à qui s’adresser pour traiter leurs plaintes ou recevoir un soutien face à la violence à laquelle elles sont exposées.

Afin de pallier ces difficultés, la Ville de Grenoble propose d’adhérer à la plateforme internet Egalité contre racisme du Défenseur des Droits, qui regroupe des informations détaillées sur la loi, les dispositifs de recours et les outils clé-en-main. Accessible à la fois aux habitants grenoblois via le site internet de la Ville et aux agents municipaux via l’intranet, cette plateforme constituera un outil complémentaire pour alerter, se défendre et agir contre le racisme.

Au-delà de la lutte contre le racisme, nous rappelons ce soir l’engagement de la ville de Grenoble pour l’égalité entre les femmes et les hommes, les droits des femmes, la lutte contre les LGBTphobies, l’inclusion des personnes porteuses de handicap… 20 critères de discriminations sont ainsi reconnus par la loi.

Ainsi la quinzaine se terminera lors de l’ouverture de congrès de planning familial que la ville de Grenoble soutien et accueil avec fierté, et par l’ouverture du festival de film gay et lesbien « Vues d’en face ».

L’année continuera avec d’autres évènements, comme l’année de l’Argentine, Les 10 jours de fiertés LGBT en mai, le festival, migrant scène de la CIMADE, des actions contre le harcèlement de rue, la réalisation d’une fresque contre le SIDA et les discriminations sérophobes et en décembre les Etats Généraux des migrations.

Et nous pouvons annoncer également le choix par la Ligue des Droits de l’Homme du campus de Grenoble St Martin d’Hères pour tenir leur congrès en 2017.

Monsieur le maire, mesdames et messieurs les élu-es, l’adhésion à cette plateforme permettra aux victimes un meilleur accompagnement pour faire valoir leurs droits à protection et sera également un outil supplémentaire pour la ville de Grenoble, en lien avec ses partenaires, les autres collectivités territoriales dont la Métropole, et les associations, pour lutter au quotidien contre ce fléau.

Laisser un commentaire