Nouvelle politique de stationnement à Grenoble : efficace, cohérente et solidaire pour aérer le centre-ville !
Partager

La Ville de Grenoble va refonder sa politique de stationnement : efficace, cohérente et solidaire ! En étroite collaboration avec la Métropole et le SMTC, et après la refonte du réseau et des tarifs TAG, le développement des parkings relais, l’apaisement des vitesses, l’élargissement du centre-ville, le développement des cheminements piétons et cyclistes, le lancement des études pour le « Métrocâble », l’amélioration de la logistique urbaine… les évolutions proposées en matière de stationnement répondent à une ambition d’ensemble pour une ville plus fluide, moins polluée et plus conviviale.

Les changements positifs de comportement sont déjà à l’œuvre : + 31 % pour la pratique cyclable entre 2009 et 2015 dans l’agglomération et + 10% de fréquentation en 2 ans sur le réseau SMTC.

Néanmoins, la commune de Grenoble fait face à une forte densité de population et un espace public sous pression : 63 % des ménages sont motorisés (50% une seule voiture, 12% deux voitures et 1% environ 3 voitures). Sur 85 000 ménages recensés, cela fait au total un parc d’environ 65 000 voitures particulières. A cela se rajoutent les véhicules utilitaires légers des artisans et entreprises, ainsi que les véhicules des visiteurs (extérieurs à la ville, particuliers ou professionnels) et les poids lourds.

Au total, sur l’espace grenoblois, l’offre privée et publique de stationnement représente
90 000 places. Les véhicules venant quotidiennement de l’extérieur de Grenoble sont  estimés à 110 000 véhicules/jour, d’où une pression de stationnement prioritairement dans les zones gratuites (quartier de l’île verte, Arago-Jean Macé-Martyrs, etc.). A contrario, certains parkings en ouvrage et parkings-relais sont largement sous-utilisés (Hôtel de Ville, Catane, Gare, … il y a par exemple au moins 200 places disponibles en permanence dans l’hypercentre). Par ailleurs, les bailleurs sociaux disposent de nombreuses places non louées (1 000 places rien que pour ACTIS). Enfin de nombreux habitants n’utilisent pas leur parking privé préférant le stationnement sur voirie. Des possibilités importantes de stationnement demeurent ainsi inutilisées, tandis que le stationnement sur voirie occupe une grande part de l’espace public, qui pourrait être consacré à d’autres usages.

Il est donc nécessaire d’aérer le centre-ville de Grenoble :

  • Incitation à l’utilisation des parkings en ouvrage, des parkings relais et des parkings privés plutôt que sur la voirie,
  • Développement des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle : transports en commun, vélo, marche, auto-partage…
  • Meilleure régulation du stationnement pour privilégier certains usages de l’automobile : pour les personnes à mobilité réduite, pour les résidents, pour les visiteurs en zones commerçantes, pour les professionnels, etc.

La politique de stationnement doit à la fois inciter les automobilistes à changer de mode de transport lorsqu’ils le peuvent, libérer de l’espace public pour d’autres usages et donc embellir la ville : apaisement et valorisation de l’espace public, fluidification du trafic automobile, diminution des pollutions atmosphériques et sonores, augmentation d’espace pour les cheminements piétons et cyclistes, meilleure rotation pour le commerce de ville, …

La majorité municipale présentera au Conseil municipal du 20 juin une tarification sur voirie plus cohérente et plus équitable proposant :

  • Une tarification solidaire pour le ticket résident : Le prix mensuel du ticket résident (autorisé dans les zones verte et violette) est aujourd’hui de 12 € par mois. C’est l’un des tarifs les moins chers de France (fourchette entre 10 € à 25 € par mois en général et jusqu’à 50 à 70 € par mois dans certaines villes) et il est inchangé depuis 2008. Il est donc proposé une grille tarifaire solidaire basée sur le quotient familial, pour protéger les ménages à faibles revenus :
    • 10 € / mois pour les Quotients Familiaux inférieurs ou égaux à 661 (= seuil de la tarification solidaire TAG : soit une baisse de tarif pour environ 35% des usagers)
    • 20 € / mois pour les QF compris entre 662 et 1 200 (environ 45% des usagers)
    • 30 € / mois pour les QF supérieur à 1 200 (environ 20% des usagers)
    • Ticket résident journée à 3 €
    • Ticket résident semaine à 9 €
  • Un paiement sur voirie facilité: à partir du 1er juillet, les horodateurs des zones commerçantes (orange et violette) seront centralisés et équipés du paiement par carte bleue (1,5 M€ d’investissement). Et à partir de fin 2016 / début 2017, mise en place d’un dispositif de paiement du stationnement sur téléphone mobile et internet. Le paiement en pièces de monnaie sera maintenu.
  • Une grille des tarifsde stationnement modifiée pour rendre plus attractifs les parkings en ouvrage sur les douze mois de l’année :
    • Zones orange et violette : 2,50€ pour 1h et 4,50€ pour 2h
    • Zone verte : 1,50€/h (pour les trois premières heures) et ensuite 1€/h
    • Une tarification plus adaptée pour les professionnels du dépannage et de la santé :
      • Durée maximum de stationnement étendue à 2 heures au lieu d’1h30
      • Accès au tarif préférentiel pour les professionnels « Dépannages urgents » (plombiers, vitriers, etc.) et professionnels de santé déjà identifiés, et élargissement aux auxiliaires de vie
      • Tarif à 10 centimes / 10 minutes, soit 0,60€ / heure

L’objectif premier est donc d’accompagner et d’amplifier les changements d’usage déjà à l’œuvre. Les recettes correspondantes permettront de financer la modernisation du parc d’horodateurs et de participer au financement des projets d’aménagement de l’espace public.

Trois réunions publiques d’information et de concertation sont prévues avec les habitants pour présenter le nouveau dispositif et mettre au débat les points suivants :

  • périmètre des zones payantes : des secteurs à passer en stationnement payant ? (concertation menée dans chaque quartier en fonction des demandes) ; des zonages (vert / violet / orange) à faire évoluer ?
  • fonctionnement du ticket résident : seulement 2 zones de domicile actuellement, besoin d’un découpage plus fin ?

Mardi 31 mai, 18h30-20h30, à la salle polyvalente – 37 bis rue Blanche Monier – Île Verte

Mercredi 1er juin, 18h30-20h30, à la Plateforme– 9 place de Verdun – Hyper centre

Vendredi 3 juin, 18h30-20h30, à la Maison des habitants Chorier Berriat – 10 rue Henry Le Chatelier

Par ailleurs, de nombreux chantiers sont d’ores et déjà engagés ou le seront, permettant également un travail collaboratif sur les questions de stationnement avec les habitants et les acteurs concernés :

  • Concertation sur les aménagements de proximité dans le cadre du processus « ma rue apaisée » avec la Métropole ;
  • Concertation dans le cadre du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi) ;
  • Lancement d’un chantier spécifique sur le stationnement des deux roues motorisés ;
  • Amélioration de la logistique et des livraisons urbaines.

Laisser un commentaire