Plan de sauvegarde des services publics locaux : une étape dans la refondation
Partager

Les élus du Rassemblement ont présenté ce jeudi 9 juin 2016 un plan de sauvegarde des services publics locaux. Téléchargez le dossier de presse qui le présente dans son intégralité.

Réconcilier, protéger, innover, c’est le cap que nous avons choisi, celui pour lequel nous avons été élus et celui que nous tenons.

Les services publics ont une mission fondamentale à nos yeux : ils doivent construire du sens collectif, ils doivent nous protéger, nous accompagner. C’est ce socle qui fonde notre engagement. C’est lui qui a aussi guidé nos choix pour élaborer le plan de sauvegarde des services publics locaux.

Depuis le début du mandat, nous avons choisi d’avoir avec les Grenoblois et les Grenobloises un discours de vérité sur la réalité de la situation financière de notre ville. Ce discours de vérité est pour nous un impératif de démocratie et de transparence.

Comme vous le savez, la situation financière de Grenoble est la plus critique parmi les grandes villes de France : nous avons les impôts locaux les plus élevés, nous figurons au 5e rang des grandes villes endettées et à notre arrivée, le niveau d’épargne était en chute libre.

Face à ce constat et dès le début du mandat en mars 2014, la Ville s’est engagée dans un processus de transformation de l’action publique pour mieux répondre aux besoins des habitants, mieux préparer l’avenir. Ces choix essentiels ont été faits dans le respect de chacun, en faisant face aux contraintes, pour que les Grenoblois vivent mieux demain.

La première étape de cette transformation a été un plan de sobriété et d’efficacité, réalisé dès 2014 : nous avons annulé la hausse de 25% de l’indemnité des élus votée en 2009, nous avons réduit les frais de protocole, divisé par deux le budget de la communication, revendu les berlines, repris le Palais des Sports en gestion directe et remis du bon sens dans la gestion du Stade des Alpes et de Lesdiguières…

Au lendemain des élections municipales, le Gouvernement a annoncé une baisse inouïe des dotations : moins 17 millions d’euros en 2017 pour Grenoble par rapport à 2013 ! S’ajoutent également les 3 millions d’euros de dépenses supplémentaires liés à la revalorisation des grilles et l’augmentation légitime de la valeur du point d’indice des fonctionnaires, annoncée par Marylise Lebranchu mais non compensée par l’État.

Aujourd’hui, six mois après la « journée sans service public » du 25 novembre 2015, cette transformation de l’action publique entre dans une nouvelle phase : celle de la sauvegarde des services publics locaux, pour mieux permettre la refondation.

Le plan de sauvegarde des services publics municipaux permet d’écarter l’épée de Damoclès de la mise sous tutelle de la Ville par l’État. Il a été élaboré par les élus de la majorité et les services de l’administration au cours des six derniers mois. Notre défi est de construire le périmètre du service public de demain.

Un service public fidèle à ses valeurs : continuité, adaptabilité, égalité, neutralité. Après cette première phase de travail et l’établissement de la feuille de route qui vous est présentée dans ce document, il s’agit désormais de la mettre en œuvre progressivement, dans les deux ans à venir.

Il ne s’agit pas de faire moins, il s’agit de faire mieux, et surtout différemment. Tenir le cap c’est faire des choix, nous les assumons. Réconcilier, protéger, innover… c’est maintenir la part de l’engagement de la Ville dans son CCAS, c’est amplifier la prévention pour toutes et tous et accompagner les publics les plus en difficulté, c’est avoir des services publics locaux plus mobiles dans les différents quartiers de la ville.

Ville de partage, d’innovation et de solidarité, Grenoble a la passion du service public. À l’heure où notre société est en recherche de nouveaux points de repère, les services locaux sont des atouts précieux. Les adapter aux plus près des besoins, les transformer pour être plus agiles et efficaces au quotidien …

Ce sont les défis à relever ensemble pour réussir en douceur la transition vers une ville plus vivable.

Eric Piolle, maire de Grenoble

Telechargement