Orlando : « Que faire ? Rester uni-es ! »
Partager

Discours prononcé par Emmanuel Carroz, adjoint à l’Egalité des droits et à la Vie associative, lors du rassemblement grenoblois en hommage aux victimes de la tuerie d’Orlando :

« Les personnes décédées ou blessées ce week-end ne l’ont été que pour une seule raison : car elles étaient homosexuelles, ou parce qu’elles accompagnaient des amis homosexuels, ou souhaitaient se divertir dans un lieu LGBT. Juste pour cela.

La connotation homophobe de ce massacre ne fait aucun doute. Tués non pas au hasard, tués à cause de leur orientation sexuelle.

Les meurtres, les massacres perpétrés par DAESH ont tous la même origine : ces barbares estiment qu’il n’y a qu’une manière de vivre : la leur, que toute autre forme de civilisation, de coutumes, d’organisation de l’Etat, que toute autre forme d’amour est à détruire.

C’est pour cela qu’ont été massacrés l’équipe de Charlie Hebdo, pour leur liberté d’écrire, les victimes du Bataclan et du XIe arrondissement de Paris, pour leur liberté de vouloir s’amuser, les victimes d’Orlando, pour leur liberté d’aimer qui ils veulent. C’est aussi pour cela que sont morts hier soir 2 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, car symboles de l’Etat de Droit.

Certains parlent de communautarisme LGBT. Ce n’est pas à cause d’un communautarisme que ces personnes sont mortes. C’est parce qu’ils avaient la volonté d’être libres. Morts car voulant être libres !

Que faire ? Rester uni-es.

Rester uni-es pour faire front à l’horreur. Rester uni-es pour nous soutenir, rester uni-es pour continuer nos mobilisations. Réaffirmer l’importance des moments de visibilité comme les marches des fiertés, les festivals de films, les actions associatives. Rester uni-es pour continuer à militer, aller dans les collèges, les lycées pour parler d’homosexualité et de respect de l’autre, déconstruire les stéréotypes dès le plus jeune âge.

Continuer à travailler sur le vivre-ensemble, refuser, malgré la colère ou la peur, de tomber dans l’extrémisme à notre tour. Car l’extrémisme, ce n’est pas une solution, c’est le pire des poisons.

Ce soir nous nous recueillons. Mais nous nous recueillons debout, fiers, nous nous recueillons avec la volonté de continuer nos actions au quotidien pour la défense de l’altérité, pour la fraternité et pour défendre ce qui en France est notre ciment et notre plus grande richesse : la démocratie. »