Malgré la COP 21, le report des camions sur le rail n’est toujours pas prioritaire
Partager

Suite à  l’Assemblée générale de la SFTRF (Société Française du Tunnel Routier du Fréjus, dont la Ville de Grenoble est actionnaire) du lundi 20 juin 2016, nous constatons que le rapport de gestion 2015 confirme la baisse du trafic poids lourds entre la France et l’Italie, avec 666 000 poids lourds prévus en 2016 au Fréjus pour 677 000 comptés en 2015.

Pierre Mériaux, conseiller municipal délégué au Tourisme et à la Montagne, déclare :

« Des financements sont très mal orientés. L’entreprise à capitaux publics ATMB (Autoroute et Tunnel du Mont Blanc) a versé en 2015 près de 20 millions d’euros de dividendes au FDPITMA (Fonds pour le Développement d’une Politique Intermodale des Transports dans le massif Alpin). Cette somme colossale a été transférée à la SFTRF afin de combler son déficit financier au lieu de financer une politique intermodale des transports ! ».

La baisse du trafic de poids lourds entre les deux pays et ces financements publics mal orientés confortent la Ville de Grenoble dans sa décision de se retirer du protocole de financement d’un 2e tunnel inutile, dans le cadre du projet Lyon-Turin.

Il faut cesser de créer des voies routières dans les Alpes, surtout en trompant public et élus sur la destination réelle des ouvrages comme la « galerie de sécurité » du Fréjus (prévue en fait dès l’origine comme une galerie de circulation). Et, à l’inverse des déclarations du président de la SFTRF (en 2014, entouré d’élus), renoncer à appeler à une croissance des trafics routiers.

Le projet de 2e tunnel Lyon-Turin retarde la modernisation du réseau TER. Comme l’a justement rappelé le président de la SNCF Guillaume Pepy après la commission Mobilités21 : « Ce sera autant d’argent en moins pour moderniser le réseau ferroviaire existant ». 

Pour Grenoble et son agglomération, la priorité doit être donnée très rapidement aux travaux sur toutes les lignes TER, notamment celles de l’étoile ferroviaire grenobloise, en cohérence avec les engagements pris par la France lors de la COP 21.