Sauvegarder aujourd’hui pour construire le service public de demain (Septembre 2016)
Partager

Dès le début de mandat, la majorité municipale a dû faire face à une situation financière sans précédent : des dépenses en forte hausse, une dette parmi les plus élevées de France et une politique intercommunale dix ans en retard.

A cet héritage s’est ajoutée l’annonce par le gouvernement d’un plan d’austérité historique pour les collectivités locales : c’est 20 millions d’€ par an qu’il fallait trouver pour assurer l’équilibre financier.

Nous avons confirmé l’engagement de ne pas augmenter les impôts municipaux, injustes et déjà très hauts à Grenoble. Dès le début du mandat, nous avons fait de la sobriété une exigence quotidienne : réduction de 25% des indemnités des élus et du parc de véhicules, baisse des budgets communication, fêtes et cérémonies. Avec la reprise en main du Palais des sports et des efforts de tous les services, ces mesures ont permis une économie de 6 millions d’€.

Seconde étape en 2016, nous avons travaillé avec les services sur le périmètre et les priorités de l’action municipale, permettant de faire face aux nouvelles baisses de dotations tout en continuant à adapter les services publics aux nouveaux besoins des grenoblois. Une centaine de mesures ont été adoptées, permettant près de 13 millions d’€ d’économie annuels, ce qui écarte le risque d’une mise sous tutelle par l’Etat.

Au-delà de la dimension financière, ces mesures s’inscrivent dans une démarche de refondation des services publics pour construire la ville de demain, une ville en perpétuelle évolution ! Ce processus, engagé dès notre arrivée, se poursuit aujourd’hui dans la concertation et le dialogue afin d’évaluer continuellement les nouveaux besoins et usages, et ainsi proposer des réponses plus efficaces pour les grenoblois-es.

Réinventer la démocratie locale, réduire les inégalités sociales et territoriales, construire et rénover les écoles, soutenir toutes les cultures, lutter contre les pollutions, favoriser la réappropriation de l’espace public… c’est ainsi qu’émerge déjà le Grenoble de demain !