Un nouveau Projet Educatif de Territoire en phase avec l’intérêt de l’enfant
Partager

L’éducation est un levier majeur d’action publique pour donner corps à une société plus durable, solidaire et pacifiée. Dans le contexte actuel de tensions sociétales, économiques et environnementales, les politiques éducatives représentent une promesse démocratique. Prendre en compte la richesse de l’enfance et de la jeunesse, c’est donner une chance à l’avenir et à la ville de demain.

L’action de notre majorité prend appui sur les valeurs de l’école de la République. Elle doit nous permettre de lutter plus efficacement contre les inégalités sociales et les déterminismes sociaux et familiaux. Elle doit également favoriser l’apprentissage de la vie en collectivité des enfants, le développement de leurs compétences relationnelles et émotionnelles, l’exercice de leur esprit critique, l’éveil de leur conscience citoyenne et leur engagement face aux défis de notre monde.

C’est ce à quoi s’attache le nouveau Projet Educatif de Territoire (PEdT) pour la période 2016-2019 qui sera présenté lors du conseil municipal du 26 septembre 2016.

Qu’est-ce qu’un Projet Educatif de Territoire (PEdT) ?

Le PEdT est une démarche permettant aux communes volontaires de proposer un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l’école pour chaque enfant. Il est élaboré à l’initiative de la commune en collaboration avec l’ensemble des acteurs éducatifs locaux et les services de l’Etat. Cette démarche commune favorise ainsi l’élaboration d’une offre périscolaire et extrascolaire cohérente dans l’intérêt de l’enfant en mobilisant toutes les ressources du territoire

Pourquoi un nouveau Projet Educatif de Territoire ?

En 2013, la majorité précédente avait affiché un fort volontarisme pour mettre en place la réforme des rythmes scolaires. Toutefois, cette réforme s’était faite de manière précipitée, sans suffisamment de temps pour la concertation et avait abouti à une organisation peu différente de ce qui se faisait auparavant. Elle se limitait surtout à l’organisation du périscolaire, qui s’était alors structuré essentiellement autour de ce qui existait déjà (des études surveillées et une garderie améliorée), introduisant toutefois des ateliers éducatifs payants qui touchaient un nombre faible d’enfants.

Le bilan partagé, que nous avons tiré en 2014, démontrait à la fois une fatigue des enfants à cause de temps périscolaires trop longs et un renforcement des déterminismes familiaux : dans les quartiers populaires, les enfants étaient en grande majorité inscrits à l’accompagnement scolaire alors que les ateliers éducatifs payants accueillaient davantage d’écoliers dans les autres territoires de la ville.

Le contrat 2013-2016 s’achevait, c’était l’occasion de prendre en compte les constats partagés par la communauté éducative et de modifier le projet éducatif pour une nouvelle période de 3 ans 2016-2019.

Le PEdT : du périscolaire, mais pas seulement

Avec ce nouveau Projet Educatif de Territoire ambitieux, la Ville de Grenoble s’engage en direction des enfants et des jeunes sur tous les temps de la semaine et des vacances en veillant à leur articulation, leur cohérence, leur qualité et leur accès à tous.

Le temps des loisirs : un nouveau conventionnement a été mis en place, en concertation avec les 20 associations socioculturelles grenobloises qui œuvrent à l’accueil des enfants le mercredi et durant les vacances. Les subventions de la Ville mettent dorénavant l’accent sur l’accueil de l’enfance, l’organisation des séjours et le soutien aux lieux dédiés à l’adolescence, à travers un mécanisme financier renforçant la valorisation du nombre d’heures/enfants accueillis. Ce conventionnement intègre également un objectif fort de développement d’activités en montagne.

Le temps de l’école : Grenoble a, depuis très longtemps, accompagné les écoles dans leurs pratiques en faisant intervenir un certain nombre d’agents spécialisés : des Educateurs Territoriaux des Activités Physiques et Sportives (ETAPS), des musiciens intervenant du Conservatoire, des professionnels de la santé scolaire, des bibliothécaires et des médiateurs du musée et du Muséum d’Histoire naturelle.

Des écoles à projet Classes à Horaires Aménagés Musique (CHAM) à l’école élémentaire et au collège, Classes à Horaires Aménagés Théâtre (CHAT) au collège, sections internationales de l’élémentaire au lycée- permettent d’enrichir l’offre éducative en partenariat avec l’Education nationale. Ce soutien aux projets éducatifs et culturels favorise l’attractivité de l’école et la mixité sociale des publics accueillis. Des projets sportifs autour de la pratique du rugby avec le club de Grenoble, FCG, sont aussi soutenus.

La pause méridienne : très fréquentée, la pause méridienne est un temps important à la fois d’apprentissage de la vie en collectivité mais aussi d’éducation nutritionnelle. C’est pourquoi, des animations sont organisées lors de temps forts à différents moments de l’année (semaine du goût, quinzaine contre le racisme, Euro 2016, …).

Pour les enfants accueillis en crèche, l’évolution progressive vers une alimentation de moins en moins carnée, tout en restant équilibrée, est prévue. La surconsommation de viande (de la viande chaque jour voire à chaque repas) entraîne, en effet, un impact néfaste sur notre environnement et notre santé.

Le plan école prévoit, outre la construction de nouvelles écoles toutes dotées d’un restaurant scolaire, la réhabilitation ou la construction de quatre restaurants scolaires sur le mandat. Le plan concourt donc à l’amélioration des conditions matérielles d’accueil des enfants. La ville s’est également engagée auprès de la Métropole dans une démarche de sensibilisation et de réduction du gaspillage.

Un projet périscolaire établi sur la base de la concertation

Le chapitre périscolaire du nouveau Projet Educatif de Territoire grenoblois 2016-2019 est l’aboutissement de deux années de concertation : 6 mois d’évaluations, 6 mois de discussions des principes de base, 6 mois de débats et de choix, faits au travers d’un vote consultatif, et enfin 6 mois de mise en œuvre. Pour rappel, un vote sur les horaires a vu 3 scénarios soumis au vote des parents (après proposition aux conseils d’école). Chacun de ces scénarios faisaient état de plusieurs invariants : la lutte contre les inégalités, le respect des rythmes des enfants, la lutte contre la fatigue et la dissociation du périscolaire en maternelle du périscolaire en élémentaire. Le travail sur les contenus a, quant à lui, été réalisé en collaboration avec les équipes éducatives et les parents.

Depuis la rentrée 2016, les écoliers grenoblois bénéficient d’un accueil périscolaire intégré qui inclut un temps de goûter, un temps réduit d’aide aux leçons et enfin un temps d’activité structuré autour de quatre thèmes : éco-citoyenneté, sport ou expression corporelle, culture-expression artistique et jeux collectifs. Pour faire entrer la société dans ce temps périscolaire, il s’appuie désormais sur les interventions d’associations sportives, culturelles, internationales… C’est pourquoi le Projet Educatif de Territoire se décline par regroupement d’écoles maternelles et élémentaires d’un même quartier. Il permet d’intégrer des activités différentes des apprentissages scolaires et des temps de repos, en lien avec les partenaires et les familles tout en respectant le rythme de l’enfant.

L’enfant devient acteur de son périscolaire. En fonction de son âge et de son degré de maturité, c’est lui qui choisit ses activités au sein du périscolaire, accompagné par les animateurs qui le guident. Par ailleurs, afin d’ouvrir les activités, même les plus structurées, à tous les enfants, les familles peuvent inscrire leurs enfants gratuitement aux ateliers périscolaires, à raison de deux fois par semaine. Les jours supplémentaires relevant d’un choix de mode de garde sont, quant à eux, facturés sur un barème établi en fonction du quotient familial.