Réseau des bibliothèques : une politique majeure adaptée aux nouveaux usages et besoins sociaux des Grenoblois-e-s
Partager

De longue date, la lecture publique est un des piliers de la politique culturelle de la Ville de Grenoble. Les Grenoblois-e-s peuvent être fier-e-s de la qualité et du dynamisme de leur réseau de bibliothèques, de l’engagement et du professionnalisme des agents du service public qui le font vivre au quotidien. Comme eux, notre attachement est total pour faire vivre cet outil essentiel, ces lieux de culture, d’émancipation et de partage que sont les bibliothèques municipales.

Beaucoup de choses ont été dites depuis l’annonce du plan de sauvegarde et de refondation des services publics initié par la Ville de Grenoble pour permettre à notre commune de dépasser les difficultés budgétaires actuelles et ainsi construire l’avenir de l’action publique sur notre territoire.

Oui ce plan, dans sa composante lecture publique, est difficile car fermer un lieu n’est jamais un geste anodin. Et cela provoque légitimement des réactions des usagers qui démontrent là leur attachement au service public Grenoblois, mis à mal par une baisse historique des dotations de l’État (-17 millions d’€ pour Grenoble) et qu’un héritage financier local très lourd ne permet pas « d’absorber ».

Avec les Grenoblois et comme des milliers de communes partout en France, nous avons exprimé notre refus et notre colère contre cette baisse dramatique du financement des collectivités décidée par le gouvernement de François Hollande. Après avoir réduit considérablement dès le début du mandat le « train de vie » des élus et de la mairie (pour 6 millions d’€ environ), il a donc fallu travailler à d’autres mesures dans tous les champs d’intervention municipale.

Concernant la lecture publique le plan ne se borne pas à réduire l’activité sur 3 lieux (les 3 plus petites bibliothèques) sur les 14 existantes !

Il comporte de nombreuses améliorations du service public de la lecture qui tiennent compte de l’avis de l’Association des Bibliothécaires de France qui a rappelé cette année que « la question n’est pas tant le nombre de points d’accès que la pertinence du maillage territorial et la qualité du service rendu à la population ».

Depuis plusieurs années à Grenoble, les agents du service des bibliothèques travaillent à une redéfinition d’un projet d’établissement pour le réseau des bibliothèques municipales avec l’objectif affirmé d’adapter les équipements aux nouveaux usages, aux nouveaux besoins sociaux des grenoblois et aux nouveaux métiers de la lecture publique.

Les bibliothèques sont des lieux d’accès à la culture pour tous mais aussi des lieux de vie pour les habitants. Nous pouvons être fiers des projets culturels particulièrement riches qui les animent. Le Printemps du livre de Grenoble est désormais reconnu en France et au-delà et l’opération  « Un bébé, un livre » connaît un succès sans cesse renouvelé.

Si Grenoble jouit d’un réseau de proximité parmi les plus denses des grandes villes de France, notre ville a besoin de développer des lieux structurants, ouverts à tous les publics, aux horaires d’ouvertures correspondant aux pratiques des habitants, équipés pour la médiation numérique et suffisamment spacieux pour proposer des espaces de rencontre, d’exposition, de conférences…

Ce travail est  engagé et constitue une des composantes majeures du plan de refondation :

  • Une section jeunesse va être créée à la bibliothèque Kateb Yacine pour que cet équipement majeur, au cœur de notre métropole en construction, puisse cultiver les liens entre les générations et contribuer à l’apprentissage de la lecture des plus jeunes.
  • Le déplacement des sections jeunesse Hauquelin et Prémol permettra de conforter leurs bibliothèques jumelles Jardin de Ville et Arlequin, dont les horaires d’ouverture sont plus larges, et qui ont vocation à constituer des lieux d’échange entre les générations, et aussi entre les habitants de différents quartiers vécus.
  • Sur Alliance et plus généralement le secteur 4,  conscient du rôle culturel et social important que joue la bibliothèque de quartier, un travail est actuellement mené pour étudier les meilleurs outils et services qui permettront de maintenir un service de lecture publique.
  • La rénovation de la Bibliothèque d’Etudes et de Patrimoine est programmée pour 2017. Le rez-de-chaussée sera totalement transformé et accueillera l’Artothèque et un grand espace de rencontres. Il sera aussi enfin possible d’emprunter sur place des collections contemporaines.
  • Projet de regroupement (à l’étude/en cours d’étude) de la Maison de l’International, de la Bibliothèque Internationale (très peu accessible jusqu’alors) et de la bibliothèque Jardin de Ville au sein d’un centre de ressources sur la lecture publique et l’international cohérent et ouvert sur la ville.
  • Dans le cadre du dispositif national des « Bibliothèques numériques de référence », le réseau des bibliothèques municipales développe un ensemble de services en ligne de grande qualité permettant le prêt de livres numériques, de vidéos (documentaires, films pédagogiques, …), des modules d’autoformation ou encore un accès aux œuvres patrimoniales numérisées (notamment le fonds exceptionnel de la Bibliothèque d’études et de patrimoine). Ces services sont accessibles sans surcoût à tous les usagers. La deuxième phase de ce projet structurant sera déployée dans les prochaines semaines.
  • Enfin, la mise en place de la navette documentaire, qui permettra aux habitants de restituer un document en tous points du réseau, sera opérationnelle début 2017.

Parce que beaucoup de publics sont éloignés de la lecture et ne fréquentent pas les bibliothèques municipales, il s’agit aussi de repenser les actions menées hors les murs pour aller au plus près de tous les habitants, par des projets éphémères ou réguliers.

En effet, la lecture publique à Grenoble, c’est également  la Bibliothèque des relais lecture (BRL), service de prêt pour les établissements scolaires, la petite enfance, les centres de loisirs, les associations, les foyers, les CE, etc. Au-delà du bibliobus, elle permet d’emprunter jusqu’à 200 documents par prêt et de constituer des relais lecture dans des lieux nouveaux, de former les personnes qui souhaitent en mettre en place, de développer des actions culturelles. La BRL fait aussi du portage de documents pour les personnes à mobilité réduite. Elle est un outil important pour accompagner les habitants vers la lecture en des lieux qui n’y sont pas a priori destinés.

Ainsi, un travail va être mené  en lien avec la Bibliothèque des relais lecture, pour maintenir un service de lecture publique sur tous les territoires de la commune (tournée du bibliobus, dépôts de livres, points lecture chez les partenaires…).

Le maillage en lecture publique est désormais pensé en lien avec les autres besoins (sociaux notamment), dans des lieux à fonctions multiples.

Les partenariats avec les écoles et structures de proximité seront réaménagés avec les bibliothèques alentour (Eaux claires/Mistral, Teisseire, Abbaye…). Les écoles qui étaient en partenariat avec les bibliothèques Hauquelin, Prémol et Alliance continueront à avoir autant accès à la lecture publique dans leurs autres bibliothèques de proximité. L’avenir de ces équipements fera l’objet dès cet automne d’un travail partagé en s’attachant à identifier au mieux les besoins sociaux, en dialogue avec les acteurs de proximité engagés dans la vie des quartiers.

Depuis toujours, les services publics locaux évoluent pour tenir compte des besoins des habitants, de l’évolution de la ville et de ses usages. Ces mutations progressives, doivent être pensées dans des perspectives de long terme, collectivement et transversalement.

Notre ambition pour soutenir et faire vivre la culture, les cultures, pour tous et partout, est plus forte que jamais. A l’heure où notre société se fragmente, où le numérique survalorise souvent le futile au détriment de l’essentiel, où l’accélération perpétuelle hystérise les échanges… la lecture et les lieux de lecture deviennent des points de repères et des bouffées d’oxygène, pour suspendre un peu le temps, comprendre d’où nous venons et envisager demain. Le soutien à la lecture publique est et demeure, une ambition forte de l’équipe municipale.