Lutte contre les discriminations – Rapport 2015 sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes
Partager

Si l’égalité entre tous les citoyens est un principe fondamental de notre République, celui-ci est encore loin d’être acquis à Grenoble. Les freins sont multiples et peuvent être comportementaux, structurels ou méthodologiques. Les inégalités touchent toutes les catégories sociales, tous les milieux professionnels et tous les âges. Cette situation est d’autant plus vraie concernant les discriminations dont sont victimes les femmes, notamment au travail.

Pourtant, une société où chacune et chacun trouve sa place ne peut se concevoir si les femmes ne bénéficient pas de la même autonomie, de la même responsabilité, de la même participation et de la même visibilité, au travail comme ailleurs. La majorité municipale a fait de ces objectifs de lutte contre les discriminations un axe majeur du mandat. Ces enjeux sont pris en compte de façon transversale dans tous les secteurs d’activité de la ville et notamment dans l’organisation des ressources humaines de la municipalité.

Le décret 2015-761 du 24 juin 2015 donne obligation aux collectivités d’élaborer un rapport sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. De plus, la Ville de Grenoble a signé le 9 mars 2015 la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale. Cette charte invite les collectivités à faire usage de leurs compétences en faveur d’une plus grande égalité de tous. Elle renforce les obligations légales contenues dans la loi du 4 août 2014 « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ». Six principes sont ainsi pris en compte par la Ville de Grenoble :

  • l’égalité des femmes et des hommes comme droit fondamental ;
  • la prise en compte des discriminations multiples et des obstacles ;
  • la participation équilibrée des femmes et des hommes à la prise de décision ;
  • l’élimination des stéréotypes sexués ;
  • l’intégration de la dimension du genre dans toutes les activités de la municipalité ;
  • des plans d’actions et des programmes adéquatement financés comme outils nécessaires pour faire avancer l’égalité des femmes et des hommes.

La Ville de Grenoble s’est doté d’outils permettant de construire un plan d’action visant à améliorer la situation en matière d’égalité reposant sur ces principes. Le comité de pilotage mis en place par Maud Tavel, adjointe au Personnel, et Emmanuel Carroz, adjoint à l’Egalité des droits et à la Vie associative, a déterminé quatre axes de travail prioritaires.

Sur l’espace public d’abord, un travail sur la place des femmes dans la ville est mené et vise à améliorer leur visibilité et leur accessibilité réelle à tous les équipements publics.  Le jeune public est sensibilisé à travers l’action des crèches et du périscolaire pour empêcher l’installation des stéréotypes dans les mentalités le plus tôt possible. La ville mène aussi une action volontariste pour mettre en avant les sports féminins : le soutien aux associations sportives est désormais impacté en fonction de leur prise en compte de la mixité dans leurs actions et organisations.

En tant qu’employeur, la Ville de Grenoble agit au quotidien pour la mixité de tous les métiers de la collectivité et pour l’égalité salariale réelle. Les Ressources Humaines travaillent sur le recrutement et la mise en place d’outils pouvant aller jusqu’à l’anonymisation des CV. Une réflexion est par ailleurs déjà engagée avec les organisations syndicales sur la question des différences de rémunération qui subsistent entre les femmes et les hommes. Les différences constatées entre les filières font l’objet d’une réflexion avancée notamment sur des questions de temps de travail, de mobilité interne, de rémunération et des accidents de travail.

Ce rapport valorise aussi toutes les actions mis en œuvre par la municipalité à destination des acteurs associatifs et institutionnels partenaires. La Ville de Grenoble est en première ligne pour soutenir les associations œuvrant dans le champ de l’égalité femmes-hommes, dans un contexte difficile pour elles face au Conseil Départemental et au Conseil Régional, tous deux dirigés par la droite, qui mettent en grande difficulté certaines de ces associations.