Actions contre les pics de pollution : ce qu’il faut savoir
Partager

Depuis ce mardi 6 décembre 2016, Grenoble et le territoire métropolitain connaissent un épisode pic de pollution. Pour limiter cet épisode, le nouveau dispositif partenarial signé en novembre 2016 entre aujourd’hui en application pour la première fois. Mondane Jactat, adjointe à la Santé et à la Politique de prévention, explique les changements de comportement à adopter.

Le bassin d’air grenoblois connait aujourd’hui un pic de pollution. Quelles en sont les causes ?

Grenoble, de par ses spécificités géographiques, connait régulièrement des epics de pollution. Ils sont principalement dus au trafic routier et au chauffage au bois non performant. Pour limiter ces émissions de pollutions, et agir sur la pollution de fond, la Métropole et la Ville ont mis en place des dispositifs innovants sur le long terme (prime air-bois pour le renouvellement des appareils de chauffage au bois non performants, Métropole apaisée…). Nous agissons également sur l’immédiat avec le nouveau dispositif partenarial destiné à anticiper et réduire l’intensité des pics de pollution qui est entré pour la première fois en application mardi 6 décembre 2016.

En quoi consiste ce dispositif partenarial entré en application aujourd’hui ?

Il s’appuie sur les certificats qualité de l’air, mis en place par le Ministère de l’écologie. Le dispositif partenarial propose des mesures de restriction de circulation et des mesures d’accompagnement. Il permet de limiter la circulation des véhicules les plus polluants lors des épisodes de pollution durable. En cela, c’est un dispositif juste, moins arbitraire que la circulation alternée.

Il est également progressif :

  • A partir du deuxième jour du pic de pollution, pour tous les véhicules, la vitesse est réduite de 20 km/h sur les voies où la vitesse maximale est supérieur ou égale à 90 km/h à l’échelle de la Métropole, du Grésivaudan et du Voironnais et à 70 km/h sur les autoroutes A 48, A 480, A 41 et A 51 à partir des barrières de péage de Voreppe, Crolles et Vif. C’est ce qui a été mis en place mercredi 7 décembre.
  • A partir du cinquième jour du pic de pollution, sur tout le territoire métropolitain et sur les accès par autoroute à la métropole grenobloise à partir des péages A48 Voreppe et A41 Crolles, les véhicules sans certificat qualité de l’air (8% des véhicules immatriculés environ) auront interdiction de circuler, et une tarification réduite sera parallèlement mise en place pour les transports en commun et le service Métrovélo (1 ticket valable pour toute la journée).
  • A partir du 7e jour – et les jours suivants – les véhicules de catégorie 4 et 5 seront également interdits sur les routes (26 % des véhicules environs), et les transports en commun ainsi que le service Métrovélo seront gratuits.

dispositif

Comment obtenir son certificat qualité de l’air ?

Les certificats qualité de l’air doivent être commandés sur la plateforme www.certificat-air.gouv.fr. Les automobilistes doivent se munir de leur certificat d’immatriculation (anciennement carte grise) pour fournir toutes les informations demandées. Le coût du certificat est quant à lui fixé à 4,18€ (ce tarif ne sert qu’à couvrir les coûts de service et d’acheminement, il ne s’agit en aucun cas d’une taxe perçue par l’Etat, la Métropole ou la commune). En contrepartie, jusqu’au 30 décembre 2016, le SMTC s’est engagé à fournir gratuitement trois tickets de transport du réseau Tag pour rembourser cette dépense.

vignettes

Comment s’informer des restrictions de circulation en court ?

Pour une bonne information des habitants sur l’apparition des pics de pollution et leur évolution, l’information sera donnée la veille du pic à partir de 15 heures, puis les jours suivant à la même heure. Elle sera diffusée par le journal Le Dauphiné Libéré et la radio France Bleu Isère, sur les panneaux à messages variables installés sur les voies urbaines rapides et dans les communes, par les correspondants des Plan de mobilité au sein des entreprises et par notification sur les smartphones pour les personnes inscrites sur le site metromobilite.fr.