Cœur de Ville Cœur de Métropole / Grenoble : un projet amendé par un an de concertation
Partager

La concertation préalable qui s’est déroulée à l’automne 2016 a permis de recueillir l’avis des métropolitains sur le projet d’aménagement du centre-ville de Grenoble. Le bilan de cette concertation fait état d’une adhésion globale aux grands objectifs du projet, notamment sur l’extension de la zone piétonne du centre-ville. Celle-ci pourrait être mise en œuvre dès le printemps 2017.

Riverains, commerçants, piétons, cyclistes, usagers des transports publics ou automobilistes et acteurs du territoire… Du 26 septembre au 7 novembre 2016, l’ensemble des métropolitains ont été invités à s’exprimer sur le projet « Cœurs de ville – Cœurs de métropole Grenoble » à l’occasion de la concertation préalable.

Plus de 2 300 votes ont ainsi été enregistrés via la plateforme participative de la Métropole et 700 avis et remarques écrits recueillis. Par ailleurs cinq balades urbaines et trois ateliers ont été organisés afin de partager et de débattre du projet.

Le projet, rappelons-le, a pour objectif de rendre le centre-ville plus accessible et plus agréable à vivre, avec des déplacements apaisés et une vie commerciale dynamique. Le constat partagé par l’ensemble des acteurs faisant aujourd’hui état d’un secteur fragmenté, bruyant et peu valorisé.

Un projet qui s’appuie sur plusieurs axes : l’extension de la zone piétonne de la place Grenette vers les quartiers Saint-Laurent et Championnet/Bonne, le réaménagement de l’axe Rey-Agutte Sembat – Lyautey, la réorganisation de la circulation automobile et le transfert vers d’autres modes de déplacements, la valorisation du patrimoine architectural et la dynamisation du commerce de proximité… (voir le détail du projet).

Les grandes tendances de la consultation

L’extension de la zone piétonne a reçu un large écho positif dans la mesure où des solutions pratiques sont proposées pour tous les usages quotidiens spécifiques : accès riverains, livraisons, accessibilité des PMR….

Par ailleurs, les contributeurs ont signifié des attentes fortes en matière de stationnement des vélos – jugés insuffisants, mal répartis ou peu identifiables – ainsi qu’en matière de réduction des nuisances sonores.

Concernant le réaménagement du boulevard Agutte Sembat, les avis expriment une demande d’information supplémentaire sur le fonctionnement de cet axe après réaménagement.

Étendre le « plateau piéton ». Plusieurs secteurs sont concernés, de la caserne de Bonne au secteur Brocherie-Chenoise Maintenir l’accessibilité du centre-ville par l’évolution des déplacements. Cela passera notamment par des plans de circulation et de stationnement revus et un encouragement à utiliser d’autres modes que la voiture. Réaménager l’axe Rey – Agutte Sembat – Lyautey. Ligne de fracture urbaine où circulent près de 14 000 véhicules par jour (dont 30 % de transit), responsables de nombreuses nuisances (pollution de l’air, bruit, insécurité routière…). Il doit être entièrement repensé.

La concertation préalable a ainsi permis de conforter le projet, de l’affiner et d’en entériner les grands principes. Le conseil métropolitain du 3 février prochain sera donc amené à se prononcer sur :

  • La mise en œuvre à partir du printemps 2017 de l’extension des zones piétonnes
  • L’étude des évolutions possibles du fonctionnement des zones piétonnes
  • Le lancement des études sur l’aménagement des boulevards Lyautey, Agutte-Sembat et Rey
  • La mise en place dès le printemps 2017 d’un premier plan de circulation adapté (en raison de travaux concomitants menés par la Compagnie de chauffage et d’autres gestionnaires de réseaux)
  • Une meilleure accessibilité et lisibilité des parcs de stationnements publics du centre-ville
  • Le lancement des études pour l’aménagement du carrefour Gambetta-Berriat-Lafontaine-Béranger
  • Le lancement des études sur le possible réaménagement de la place Championnet
  • Le lancement des études pour la réalisation rapide de nombreux stationnements vélos
  • Le développement des initiatives et réalisations artistiques sur l’espace public
  • La mise en place d’expérimentations et de tests d’usages sur les différents secteurs du projet
  • La mise en place d’un observatoire avec suivi régulier du projet.

Une nouvelle phase de dialogue se poursuivra en 2017 afin d’affiner la question des usages et de l’aménagement des espaces urbains.

Retrouvez les étapes et les éléments soumis à la concertation de l’automne 2016 :