Equipements sportifs : la gratuité reste la règle commune
Partager

Lors du conseil municipal de juin 2017, la Ville de Grenoble a adopté la mise en place de deux critères pour conditionner la gratuité de l’accès aux équipements sportifs municipaux. Objectif : renforcer le caractère d’intérêt général pour l’utilisation des gymnases, piscines et autres terrains de sport. En 3 questions, Sadok Bouzaiene, adjoint aux Sports, nous explique tout ce qu’il faut savoir sur cette nouveauté.

Pourquoi avoir modifié le régime des réservations des installations sportives municipales ?

Sadok Bouzaiene : « Entre ses piscines, ses stades, ses terrains multisports ou encore ses gymnases, la Ville de Grenoble compte plus de 80 installations sportives utilisées par un nombre croissant d’associations. Si notre municipalité ne peut que se réjouir de l’explosion de la pratique du sport dans notre ville, elle doit aussi assumer ses responsabilités et rendre ses équipements accessibles au plus grand nombre. Le système de réservation précédent n’y répondait plus. C’est pourquoi nous avons instauré deux critères clairs pour que les associations puissent utiliser gratuitement nos équipements : être domiciliées à Grenoble et proposer une activité sportive ouverte à un maximum de pratiquants. Nous ne faisons là qu’appliquer nos règles en matière d’équité et de transparence dans la gestion des ressources publiques en proposant des solutions adaptées aux capacités des différents demandeurs : clubs, comités d’entreprise, voire sociétés privées. »

La gratuité reste-t-elle le modèle dominant ?

SB : « Oui. Les priorités que s’est fixée la municipalité en matière de tarification de la location des installations sportives sont simples : les enfants, les Grenoblois et l‘ouverture à un maximum de pratiquants. Les installations sportives continueront donc à être mises à disposition gratuitement pour les écoles primaires, les crèches, et les associations sportives scolaires dès lors qu’elles sont domiciliées à Grenoble. La gratuité se maintient également pour les associations sportives affiliées à une fédération, les associations caritatives et humanitaires, les associations spécialisées (handicap) ainsi que pour les associations socioculturelles réalisant des activités sportives dès lors que ces associations sont domiciliées à Grenoble. Cela représente la grande majorité des associations qui nous sollicitent. Et malgré la baisse des dotations nous maintenons la gratuité pour les services de l’Etat qui exigent des entrainements sportifs réguliers (Police nationale, pompiers). »

Dans quels cas la location devient-elle payante ?

SB : « Le passage au payant concerne d’abord les réservations à des fins commerciales. Il est anormal que les installations sportives payées par les impôts des Grenoblois servent de support à des activités sportives marchandes. La même règle vaut pour les associations non grenobloises et les associations non affiliées à une fédération. En outre, dans le souci de rendre accessibles nos équipements au plus grand nombre, nous travaillerons avec les associations pratiquant des disciplines similaires pour regrouper au maximum leurs créneaux d’utilisation, et permettre ainsi à des disciplines émergentes de pouvoir profiter de nos équipements. »