Les élu-es RCGE dans la rue contre la nouvelle « loi travail » d’Emmanuel Macron
Partager

Le 12 septembre, les élus du Rassemblement Citoyen, de la Gauche et des Ecologistes étaient dans la rue, auprès des Grenoblois-es et avec toutes celles et ceux qui ont manifesté, à travers la France, leur désaccord avec la nouvelle « loi travail » que prépare le gouvernement Macron-Philippe.

Avec cette « loi travail XXL », le Président et son Premier ministre s’attaquent à deux piliers fondamentaux de notre modèle social :

  • sur le fond, elle porte gravement atteinte aux droits du travail déjà âprement détériorés sous la présidence de François Hollande par la loi El Khomri : elle facilite les licenciements, elle affaibli les organisations syndicales, démantèle les CHSCT, limite les recours aux Prud’hommes… C’est un saccage en règle des conquis de la démocratie sociale, tels que définis par le Conseil National de la Résistance ;
  • sur la forme, le gouvernement par ordonnances constitue une attaque délibérée de notre démocratie déjà mise à mal par la crise de la représentation politique qui grève l’ensemble de nos institutions.

En promouvant la précarité au rang de norme sociétale, Emmanuel Macron, « président des 1% » (les plus riches), traduit dans ses actes le mépris de classe qui émaille de ses propos. Il défait encore un peu plus le Code du Travail en facilitant la vie des plus puissants en limitant  l’impôt sur les grandes fortunes, tout en supprimant les contrats aidés, en baissant les APL…

Avec cette « loi travail XXL », le gouvernement Macron-Philippe s’attache à détruire les acquis sociaux du XXe siècle mais passe à côté des enjeux du XXIe siècle. Oui, il faut moderniser le droit du travail ! Cette modernisation ne peut passer par l’insécurité des travailleurs et des chômeurs en facilitant les licenciements et le recours aux CDD. Elle se fera en l’ouvrant à la formation tout au long de la vie, à la démocratie en entreprise, aux droits sociaux des travailleurs du numérique ou encore à la réduction du temps de travail.

C’est pourquoi, mardi 12 septembre 2017, les élu-es RCGE étaient présent-es au Jardin de Ville aux côtés des Grenoblois-es et de toutes celles et ceux qui refusent la voie empruntée par Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Un autre chemin est possible : celui de l’investissement sur la solidarité et sur l’émancipation, sur notre jeunesse, sur la transition vers une société socialement plus juste et écologiquement soutenable.