Grenoble au centre des débats sur la démocratie locale : retour sur les 3eme rencontres nationales de la participation
Partager

Du 11 au 13 mars, Grenoble a accueilli les 3eme rencontres nationales de la participation organisées par le think tank « Décider ensemble ». Ces rencontres sont venues enrichir la Biennale des Villes en transition et ont remporté un franc succès : 900 personnes -élu·es, citoyen·nes, chercheur·ses et praticien·nes de la démocratie participative- ont convergé à Grenoble autour du thème « Vers un renouveau de la démocratie locale ? »

Le droit à l’expérimentation locale au centre des discussions

L’actualité récente l’a encore démontré : les citoyen·nes veulent prendre part aux décisions publiques ! C’est vrai au niveau national, comme au niveau local. Car c’est  aussi dans leur cadre de vie quotidien que les citoyen·ne·s souhaitent s’engager et être entendu·e·s. Ces rencontres ont donc été l’occasion de faire le bilan des pratiques de démocratie locale en France. De nombreuses collectivités ont ainsi pu présenter les expériences de démocratie locale développées sur leurs territoires : budgets participatifs, évaluation des politiques publiques par les citoyen·nes, démarches participatives en santé, dans le domaine de l’énergie ou du logement social, projets de développement territorial associant les citoyen·nes… Au-delà de la richesse des expériences, un constat est partagé : celui des insuffisances du cadre légal national en la matière. Les collectivités locales engagées dans des démarches de démocratie participative appellent de leurs vœux un véritable droit à l’expérimentation locale, reconnu depuis 2003 par loi constitutionnelle mais dont l’application se heurte à de nombreuses limites.

Grenoble reconnue comme territoire d’exploration démocratique

350 personnes ont participé le 11 mars aux visites de terrain proposées par la Ville de Grenoble et la Métropole. Une véritable immersion au cœur des différentes initiatives locales de participation citoyenne sur le territoire grenoblois: projets lauréats du Budget Participatif, espaces de jardinage collectif ayant vu le jour avec la démarche «Jardinons nos Rues », chantiers ouverts au public réalisés de manière collaborative par des habitant·e·s pour aménager leurs quartiers… Ces visites ont été l’occasion de revenir sur la longue tradition de participation citoyenne à Grenoble, une tradition perpétuée et confortée depuis 2014 par une politique ambitieuse en la matière : du budget participatif (qui chaque année attire plus de Grenoblois·es) aux ateliers de projet, en passant par l’ouverture d’un droit d’interpellation et de votation citoyenne, Grenoble s’affirme aujourd’hui comme un territoire d’exploration démocratique ! Ces moments d’immersion et de travail ont par ailleurs permis de renforcer le réseau des Villes pionnières du Budget Participatif (Grenoble, Montreuil, Rennes et Paris) en vue des rencontres nationales des budgets participatifs qui auront lieu à Paris en novembre prochain. Des rencontres nées à Grenoble en 2016, et qui attirent de plus en plus de communes !

La transition, c’est aussi la transition démocratique !

Les Rencontres ont aussi été l’occasion de décrypter l’actualité : portée réelle et limites du Grand Débat National, crise de la démocratie représentative dans nos démocraties contemporaines, interpellation citoyenne au niveau local avec un référendum local d’initiative citoyenne inexistant encore en France,  ou national avec le RIC… Plusieurs ateliers et conférences ont également abordé la question de l’articulation entre démocratie, justice sociale, et changement climatique : un sujet qui a attiré près de 500 personnes lors du débat « la démocratie et la justice sociale au secours du Climat », le 11 mars. Car la transition écologique et sociale est aussi une transition démocratique ! Qu’il s’agisse de construire collectivement des décisions partagées pour changer nos comportements face à l’urgence climatique, ou qu’il s’agisse de répondre aux carences d’une démocratie représentative qui n’associe que trop peu les citoyen·nes, la question du partage du pouvoir est tout à fait centrale pour le monde que nous souhaitons et que nous avons besoin de construire.