Le 25 septembre 2017, les conseillers municipaux délibèreront plusieurs validations de charges foncières dans les ZAC Presqu’île, Bouchayer et Flaubert. Derrière ces délibérations techniques : des projets novateurs sur le plan environnemental et social qui sortent de terre et qui sont autant d’exemples de ce qu’est le modèle grenoblois en matière de construction d’équipements et de logements.

L’annonce de la fin des contrats aidés par Emmanuel Macron est un coup de grâce pour nombre d’associations oeuvrant dans le champ de la solidarité, de la culture et du secteur sanitaire et social. A Grenoble, plus de 160 emplois sont dans le viseur du Président et de son Premier ministre. Sans ces emplois, de nombreuses associations ne pourront maintenir leurs activités. Certaines pourraient même disparaître. Elus et représentants du monde associatif se sont mobilisés, ce jeudi 7 septembre, pour démontrer l’incohérence de cette mesure gouvernementale avec la réalité et les besoins constatés sur le terrain.

Depuis avril 2014 le groupe des élus du Rassemblement agit à la Ville et à la Métropole pour faire de Grenoble une ville pour tous : une ville où il fait bon vivre, respectueuse de son environnement, solidaire avec ceux qui affrontent les difficultés du quotidien. Cela se traduit par une série de réalisations et de changements déjà opérationnels dont nous listons les principaux dans un mini-journal dont voici le huitième exemplaire, axé sur nos actions en matière de logement et d’urbanisme.

En 2017, la Ville de Grenoble renouvèle son soutien aux projets d’associations et de collectifs ancrés dans les quartiers prioritaires. Dans un contexte de désengagement du département et de la région, la municipalité réaffirme sa volonté de solidarité envers ces quartiers. Elle mobilise des moyens financiers pour y soutenir des actions en faveur de la lutte contre les discriminations et la cohésion sociale, l’emploi et le développement économique, l’éducation et la jeunesse, l’accès au numérique et l’amélioration de l’habitat et du cadre de vie.

La Villeneuve fait partie des 200 quartiers financés par l’ANRU (l’agence de l’Etat pour le Renouvellement Urbain). Pour pouvoir bénéficier de ce financement, un plan-guide doit être présenté offrant des garanties suffisantes d’évolution pour l’ANRU, sans pour autant dévisager complètement le quartier et lui faire perdre son identité. Ce projet est porté notamment par Maryvonne Boileau, déléguée à la Politique de la Ville et par Catherine Rakose, élue de secteur 6 (Villeneuve Arlequin – Baladins-Géants – Village Olympique – Vigny Musset)

Dans le cadre de la semaine nationale des Missions Locales, la Mission Locale de Grenoble organise jeudi 16 mars une journée d’animations destinée à faire connaître le travail qu’elle mène auprès des 16-25 ans sortis du système scolaire ou en difficultés d’insertion . L’occasion de revenir avec sa présidente, Maryvonne Boileau, sur le travail réalisé depuis 2014 dans un contexte de désengagement du Département.

L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) a décidé d’engager le Nouveau Programme de Renouvellement Urbain (NPNRU), doté d’une enveloppe de 5 milliard d’euros en investissement. Les orientations données à ce nouveau programme, notamment la place accrue donnée aux habitants, associations et acteurs économiques locaux à travers la création des conseils citoyens, appelés Table de Quartiers à Grenoble, ainsi qu’un portage des projets au niveau de la métropole, vont dans le bon sens.

Conseil municipal du 18 avril 2016 – Maryvonne Boileau présente les enjeux de la politique de la Ville et revient sur la mobilisation financière de la Ville de Grenoble dans un contexte de désengagement du Département et de la Région.

La ville de Grenoble, par cette délibération, réaffirme son engagement envers les habitants des quartiers « Politique de la Ville » de la commune. La Ville de Grenoble soutient ainsi un développement social de ses quartiers comme complément indispensable au volet « rénovation urbaine ».

Afin de répondre au mieux aux besoins des Grenoblois, Eric Piolle, Maire de Grenoble, a apporté les ajustements suivants à l’exécutif municipal. A noter que ces évolutions se feront à enveloppe budgétaire constante pour les indemnités des élus, toujours en baisse de 25% par rapport au précédent mandat.

Conseil municipal du 20 novembre 2015 – Maryvonne Boileau revient sur son expérience d’élue d’opposition lors du précédent mandat et appelle au sérieux des débats entre les différents groupes politiques du conseil municipal

Le Rassemblement Citoyen, de la Gauche et des Ecologistes vous convie à sa première cérémonie des voeux le 30 janvier prochain.