Cette année a été marquée encore une fois par l’évolution rapide du changement climatique, avec ses conséquences qui se font particulièrement ressentir dans notre territoire alpin : fontes des glaciers, vagues de chaleur, sécheresses, perte de la biodiversité… Mais c’est également l’année qui a vu naître une mobilisation citoyenne sans précédent sur ces sujets et qui se poursuit encore aujourd’hui, avec les marches climat et des actions de désobéissance civile pour demander plus de justice environnementale et sociale. La municipalité, par son action, en activant tous ses leviers, répond à ces enjeux qui deviennent chaque jour plus prégnants pour les habitant-es ; elle a été récompensée de ses efforts par l’obtention du label Citergie Gold, plus haute distinction pour les collectivités dans le domaine de l’air et du climat.

En conseil municipal du 4 novembre 2019, le Groupe RCGE présentera un voeu concernant l’interdiction des pesticides de synthèse.

L’été 2019 est le 3ème été le plus chaud mesuré par l’homme, avec 1,7°C de plus par rapport à la moyenne saisonnière observée jusqu’alors. A Grenoble, cela s’est traduit par des records de température, de jour comme de nuit. Les deux vagues de chaleur de 2019 ont ainsi été durement ressenties.

La consommation de produits psychotropes est massive dans notre pays, et Grenoble n’échappe pas à cette réalité. Parce que c’est à la fois une question de santé publique et de tranquillité publique, une question individuelle et collective, de prévention et d’éducation, la Ville a décidé d’accentuer son engagement sur ce sujet complexe en répondant à l’appel à projet la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA).

Le dérèglement climatique est d’ores et déjà une réalité. Alors qu’en Europe les Etats patinent, ralentis par les lobbies, les villes et les villages peuvent faire vivre la transition écologique et solidaire. Les territoires sont des acteurs essentiels pour réussir les transitions, au plus près des besoins des habitant·es. Grenoble et sa Métropole agissent. Elles agissent pour limiter ce dérèglement et agissent pour s’adapter à ses effets !

Grenoble est engagée depuis de nombreuses années pour la santé de ses habitant·es. C’est dans cette tradition que s’est inscrite notre majorité dès 2014, en faisant, par exemple, de la lutte pour la qualité de l’air extérieur et intérieur une priorité. En matière de santé publique, un nouveau pas va être franchi au conseil municipal de mai 2019, cette fois-ci dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens.

Le Conseil Municipal du 04 février 2019 est l’occasion de revenir sur la politique sociale mise en œuvre par notre municipalité et sur les actions récentes en matière de logement, santé, et accès aux droits.

Dans un contexte de nécessaire mobilisation générale pour sauver la planète, les collectivités ont un rôle majeur à jouer pour l’avenir de l’humanité. Obligation légale, le Rapport en matière de Développement Durable qui sera présenté lors du  2018 conseil municipal du 5 novembre 2018 démontre que Grenoble utilise tous les leviers à sa disposition pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain.

Grenoble continue d’innover sur les mobilités ! Après avoir été la première ville de France à expérimenter les certificats Crit’Air, elle se positionne une nouvelle fois comme leader en la matière avec deux nouveautés à venir : le renforcement de sa Zone Faible Emission (ZFE) et la mise en place d’une indemnité kilométrique vélo (IKV) pour les agents municipaux ! Avec toujours comme objectif de bouleverser les pratiques en termes de déplacement et rompre avec le modèle précédent !

Le 9 juillet 2018, la Ville de Grenoble rendra son avis sur le Plan de Déplacements Urbains (PDU) élaboré par le SMTC. Une étape majeure pour répondre aux impératifs environnementaux, sanitaires et sociaux d’aujourd’hui par l’organisation de l’ensemble des modes de déplacements à l’échelle de la Métropole à l’horizon 2030.

Grenoble agit pour une réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. La signature du consensus de Copenhague et l’adoption du Contrat Local de Santé 2018-2023 marquent une nouvelle étape dans la consolidation de cette stratégie.

Le 22 janvier dernier, la Commission européenne imposait à 9 pays (dont la France) de mettre toute en œuvre afin de respecter les normes européennes sur la qualité de l’air. C’est dans ce contexte que les collectivités locales ont élaboré une « feuille de route » opérationnelle afin d’enregistrer des progrès rapides dans la région grenobloise.

Bouclier social, où en est-on ? Les élu·e·s du Rassemblement vous invitent à venir échanger avec eux des avancées grenobloises en termes de lutte contre les inégalités et de renforcement de la solidarité depuis 2014. Rendez-vous mardi 14 novembre 2017, dès 20h, à la Maison des Habitants du Centre-Ville, 2 rue du Vieux Temple / Grenoble.

Bouclier social, où en est-on ? Depuis 2014, à Grenoble, les élu·e·s du Rassemblement Citoyen, de la Gauche et des Ecologistes mettent en place des politiques publiques destinées à lutter contre les inégalités et à renforcer la solidarité. Cette publication revient sur les principales actions déjà en place, et celles à venir.

Chaque année, depuis la loi Grenelle II de 2010, toutes les collectivités de plus de 50 000 habitants ont l’obligation de présenter un Rapport Développement Durable avant leur débat d’orientation budgétaire. En 2017, la Ville de Grenoble a opté pour un rapport plus synthétique qu’auparavant, plus pédagogique, avec un focus sur les mobilités.

Communiqué de presse de la Ville de Grenoble – 8 avril 2017 : Le Conseil d’Administration, les salariés et les usagers des centres de santé de l’AGECSA, expriment une grande inquiétude face à un possible désengagement du Département de l’Isère.

Le bruit est considéré comme une atteinte à la qualité de vie par l’Organisation Mondiale de la Santé. Présenté lors du conseil municipal du 6 mars 2017, le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) est un instrument fondamental de politique publique pour agir face à cette situation. Son élaboration et sa révision sont obligatoires pour les grandes agglomérations suite à la directive européenne de 2002. La révision du PPBE a permis de dresser un bilan des actions passées et de définir de nouvelles actions de prévention.

Les territoires sont au cœur des défis du XXIe siècle. Climat, démocratie, solidarité, énergie, économie, démographie : les villes doivent être créatives pour réussir la transition en accompagnant les besoins des habitants. La Biennale de Grenoble, Les Villes en Transition, propose quatre jours de découvertes, de partages d’expériences, locales comme internationales, de projets et d’envies autour de la transition.

Parce que certaines démarches peuvent être très compliquées et certaines informations difficiles à obtenir, il n’est pas toujours facile de faire valoir ses droits. C’est pourquoi le CCAS de Grenoble a lancé sa plateforme « Solidarités Grenoble ».

Depuis ce mardi 6 décembre 2016, Grenoble et le territoire métropolitain connaissent un épisode pic de pollution. Pour limiter cet épisode, le nouveau dispositif partenarial signé en novembre 2016 entre aujourd’hui en application pour la première fois. Mondane Jactat, adjointe à la Santé et à la Politique de prévention, explique les changements de comportement à adopter.

L’État, la Métropole, la Ville de Grenoble, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l’agglomération grenobloise, la communauté de communes du Grésivaudan et le Pays voironnais viennent de lancer un plan inédit pour lutter contre les pics de pollution sur leur territoire. Un dispositif global et progressif qui, par l’attribution de certificats, doit permettre de limiter la circulation des véhicules les plus polluants lors des épisodes de pollution durables. Une première en France.

Retrouvez 4 courts extraits vidéos les interventions de Jacques Wiart, Lucille Lheureux et Mondane Jactat lors du débat public sur la votation citoyenne du mardi 4 octobre.

Grenoble fait aujourd’hui partie des 11 villes en France possédant un service de santé scolaire municipal. Dans le cadre de la transformation des services publics locaux, la Ville a fait le choix fort de conserver cette compétence (déléguée par le Département et l’Education Nationale) tout en la faisant évoluer.

Avec la présentation du Plan Ecoles en septembre 2015, la majorité municipale a inscrit les écoles au cœur des priorités du mandat. Au-delà des constructions lancées pour faire face au manque d’anticipation de la municipalité précédente, ce programme veut également faire des bâtiments scolaires des lieux exemplaires en termes de santé publique et de transition énergétique. Trois délibérations présentées lors du conseil municipal du 11 juillet 2016 iront dans ce sens.