Communiqué de presse de la Ville de Grenoble – 8 avril 2017 : Le Conseil d’Administration, les salariés et les usagers des centres de santé de l’AGECSA, expriment une grande inquiétude face à un possible désengagement du Département de l’Isère.

En 2017, la Ville de Grenoble renouvèle son soutien aux projets d’associations et de collectifs ancrés dans les quartiers prioritaires. Dans un contexte de désengagement du département et de la région, la municipalité réaffirme sa volonté de solidarité envers ces quartiers. Elle mobilise des moyens financiers pour y soutenir des actions en faveur de la lutte contre les discriminations et la cohésion sociale, l’emploi et le développement économique, l’éducation et la jeunesse, l’accès au numérique et l’amélioration de l’habitat et du cadre de vie.

La Villeneuve fait partie des 200 quartiers financés par l’ANRU (l’agence de l’Etat pour le Renouvellement Urbain). Pour pouvoir bénéficier de ce financement, un plan-guide doit être présenté offrant des garanties suffisantes d’évolution pour l’ANRU, sans pour autant dévisager complètement le quartier et lui faire perdre son identité. Ce projet est porté notamment par Maryvonne Boileau, déléguée à la Politique de la Ville et par Catherine Rakose, élue de secteur 6 (Villeneuve Arlequin – Baladins-Géants – Village Olympique – Vigny Musset)

Le bruit est considéré comme une atteinte à la qualité de vie par l’Organisation Mondiale de la Santé. Présenté lors du conseil municipal du 6 mars 2017, le Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE) est un instrument fondamental de politique publique pour agir face à cette situation. Son élaboration et sa révision sont obligatoires pour les grandes agglomérations suite à la directive européenne de 2002. La révision du PPBE a permis de dresser un bilan des actions passées et de définir de nouvelles actions de prévention.

Parce que certaines démarches peuvent être très compliquées et certaines informations difficiles à obtenir, il n’est pas toujours facile de faire valoir ses droits. C’est pourquoi le CCAS de Grenoble a lancé sa plateforme « Solidarités Grenoble ».

Depuis avril 2014 le groupe des élus du Rassemblement agit pour faire de Grenoble une ville pour tous : une ville où il fait bon vivre, respectueuse de son environnement, solidaire avec ceux qui affrontent les difficultés du quotidien. Cela se traduit par une série de réalisations et de changements déjà opérationnels dont nous listons les principaux dans un mini-journal cliquable dont voici le premier exemplaire, focalisé sur la tarification solidaire, l’un des piliers du bouclier social qui sera développé dans un prochain numéro.

Une grande vague de froid va entrainer des consommations d’électricité exceptionnelles sur le territoire national. La Ville de Grenoble se mobilise et recommande à tous les Grenoblois d’adopter des gestes éco-citoyens pour réduire leurs consommations électriques, notamment aux heures de grande consommation, à savoir de de 8 h à 10 h et de 18 h à 20 h.

Depuis ce mardi 6 décembre 2016, Grenoble et le territoire métropolitain connaissent un épisode pic de pollution. Pour limiter cet épisode, le nouveau dispositif partenarial signé en novembre 2016 entre aujourd’hui en application pour la première fois. Mondane Jactat, adjointe à la Santé et à la Politique de prévention, explique les changements de comportement à adopter.

Quand certains maires Les Républicains censurent dans leur ville une campagne de prévention contre le VIH, Grenoble s’engage : fresque contre le SIDA et la sérophobie, fonds d’urgence pour aider Solidarité Sida dans sa lutte contre le VIH en Afrique…

Tribune Gre.mag de novembre 2016 – Comme l’exigence démocratique ou écologique, « l’impératif » social est partout ; nous le portons comme tel, sur tous les fronts.

L’État, la Métropole, la Ville de Grenoble, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l’agglomération grenobloise, la communauté de communes du Grésivaudan et le Pays voironnais viennent de lancer un plan inédit pour lutter contre les pics de pollution sur leur territoire. Un dispositif global et progressif qui, par l’attribution de certificats, doit permettre de limiter la circulation des véhicules les plus polluants lors des épisodes de pollution durables. Une première en France.

L’adoption du rapport annuel d’activité du CCAS est toujours une bonne occasion pour faire un bilan d’étape de l’action sociale conduite mais aussi une réelle opportunité pour chaque citoyen de notre commune de mieux connaître les grands enjeux sociaux de Grenoble.

Grenoble fait aujourd’hui partie des 11 villes en France possédant un service de santé scolaire municipal. Dans le cadre de la transformation des services publics locaux, la Ville a fait le choix fort de conserver cette compétence (déléguée par le Département et l’Education Nationale) tout en la faisant évoluer.

Communiqué de presse d’Alain Denoyelle, adjoint à l’Action sociale à la Ville de Grenoble (9 septembre 2016)

Avec la présentation du Plan Ecoles en septembre 2015, la majorité municipale a inscrit les écoles au cœur des priorités du mandat. Au-delà des constructions lancées pour faire face au manque d’anticipation de la municipalité précédente, ce programme veut également faire des bâtiments scolaires des lieux exemplaires en termes de santé publique et de transition énergétique. Trois délibérations présentées lors du conseil municipal du 11 juillet 2016 iront dans ce sens.

Suite à un travail engagé depuis l’automne entre la Ville de Grenoble, le CCAS et l’Association de Gestion des Centres de Santé (AGECSA), une nouvelle convention sera adoptée lors du conseil municipal du 11 juillet 2016.

Conseil municipal du 20 juin 2016 – Mondane Jactat présente les enjeux du Plan Air Energie Climat.

Conseil municipal du 20 juin 2016 – Lors des débats sur le Compte Administratif 2015, Mondane Jactat répond aux contre-vérités tenues par les oppositions concernant la santé scolaire.

Avec le plan d’action Air-Energie-Climat qui sera présenté lors du conseil municipal du 20 juin 2016, la Ville de Grenoble s’engage en niveau 3 du Plan Air-Energie-Climat métropolitain.

Conseil municipal du 18 avril 2016 – Maryvonne Boileau présente les enjeux de la politique de la Ville et revient sur la mobilisation financière de la Ville de Grenoble dans un contexte de désengagement du Département et de la Région.

Vidéo – Intervention de Kheira Capdepon lors du conseil municipal du 29 février expliquant l’adhésion de Grenoble au Réseau Francophone des Villes Amies des Ainés (initiative OMS), ainsi que la démarche mise en oeuvre par la Ville pour favoriser le bien-vieillir.

La Ville de Grenoble s’apprête à adhérer à l’association francophone des Villes Amies des Ainés. Alors que le nombre de personnes âgées est en croissance constante depuis plusieurs décennies, elle répond ainsi aux nouveaux besoins engendrés par le vieillissement de sa population.

A l’heure où plus de la moitié de l’humanité habite en ville, il est urgent d’en transformer ses usages pour que chacun puisse y vivre sans compromettre sa santé. Par son Plan municipal de santé, Grenoble s’engage à réconcilier le « vivre en ville » et le droit à la santé pour tous.

En 2016, la Ville axe ses priorités sur la lutte contre les pollutions, l’amélioration de l’accès aux droits et le développement d’une tarification sociale pour certains services municipaux pour plus d’équité et de cohérence.