En janvier 2016, Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Grenoble et le SMTC présentaient un projet d’envergure pour le centre-ville de Grenoble, dans le cadre de la démarche générale Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole. Ce projet entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle avec l’extension de la zone piétonne du centre-ville et la modification du plan de circulation.

Grenoble, ville durable et solidaire, doit pouvoir offrir la possibilité à chaque Grenoblois de se loger dans de bonnes conditions, quels que soient son âge, son niveau de revenus, son origine ou son parcours résidentiel. C’est, à l’échelle de la métropole et de la ville, la direction prise par le Programme Local de l’Habitat (PLH) 2017-2022.

La concertation préalable qui s’est déroulée à l’automne 2016 a permis de recueillir l’avis des métropolitains sur le projet d’aménagement du centre-ville de Grenoble. Le bilan de cette concertation fait état d’une adhésion globale aux grands objectifs du projet, notamment sur l’extension de la zone piétonne du centre-ville. Celle-ci pourrait être mise en œuvre dès le printemps 2017.

L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) a décidé d’engager le Nouveau Programme de Renouvellement Urbain (NPNRU), doté d’une enveloppe de 5 milliard d’euros en investissement. Les orientations données à ce nouveau programme, notamment la place accrue donnée aux habitants, associations et acteurs économiques locaux à travers la création des conseils citoyens, appelés Table de Quartiers à Grenoble, ainsi qu’un portage des projets au niveau de la métropole, vont dans le bon sens.

Lors du conseil municipal du 7 novembre 2016, les élus grenoblois débattrons des orientations générales du Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) du Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) de Grenoble-Alpes Métropole. Ces orientations sont déclinées en deux parties : « une métropole montagne forte de ses diversités » et « la qualité de vie, moteur de l’attractivité de la métropole ».

Le projet « Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole » a été engagé par la Métropole par délibération du 29 janvier 2016. Cette démarche affirme des ambitions nouvelles pour le centre de l’agglomération, dans la continuité du projet « Cœur de Ville, Cœur d’agglo » lancé en 2008. Sa phase de concertation entre aujourd’hui dans sa dernière ligne droite. Alors : PARTICIPEZ !

L’État, la Métropole, la Ville de Grenoble, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l’agglomération grenobloise, la communauté de communes du Grésivaudan et le Pays voironnais viennent de lancer un plan inédit pour lutter contre les pics de pollution sur leur territoire. Un dispositif global et progressif qui, par l’attribution de certificats, doit permettre de limiter la circulation des véhicules les plus polluants lors des épisodes de pollution durables. Une première en France.

Le projet « Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole » a été engagé par la Métropole par délibération du 29 janvier 2016. Cette démarche affirme des ambitions nouvelles pour le centre de l’agglomération, dans la continuité du projet « Cœur de Ville, Cœur d’agglo » lancé en 2008. Elle entre aujourd’hui dans sa phase de concertation.

Lors du conseil municipal du 18 avril 2016, les oppositions ont demandé à plusieurs reprises la réalisation d’une étude d’impact sur le projet Cœurs de Ville / Cœurs de Métropole. Ce dernier vise notamment à élargir la piétonisation du centre-ville et la création d’un boulevard cyclable sur l’axe Rey/Agutte-Sembat/Lyautey.

Voté lors du conseil métropolitain du 29 janvier 2016, le projet Coeurs de Ville / Coeurs de Métropole passera ce lundi 18 avril en conseil municipal pour définir les objectifs et les modalités de la concertation préalable. L’occasion de débattre de ce projet visant à ouvrir le cœur de la ville centre et d’étendre celui de la Métropole.

Face à la crise qui frappe nos concitoyens, et alors qu’une nouvelle fois l’Etat se désengage, Grenoble augmente de son côté sa participation de +10% sur le contrat de ville pour les quartiers prioritaires. Nous mettons ainsi en œuvre notre bouclier social.

Difficile d’y avoir échappé : la communauté d’agglomération Grenoble Alpes est devenue une métropole le 1er janvier 2015 suite à la promulgation de la loi MAPTA (loi de Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) en janvier 2014. Le conseil municipal du mois d’avril délibèrera sur les premiers transferts de personnels municipaux à la nouvelle métropole.

La situation d’Alpexpo, déficitaire depuis de nombreuses années, nécessite une réponse appropriée à long terme pour cet équipement public. Le 10 avril dernier, son PDG Claus Habfast (conseiller municipal et vice-président Métro à la Recherche, à l’Enseignement supérieur, à l’Europe et aux Equipements communautaires) a présenté un « Plan d’avenir » ambitieux de la Ville et de la Métro pour y parvenir.

Replacer l’humain au cœur de la cité ; c’est l’un des objectifs structurants du Rassemblement. Au-delà de sa vocation simplement « municipale », cet idéal doit également habiter notre action dans le cadre de la construction de la future Métropole.

Chaque jour, nous tâchons de construire le Grenoble du 21e siècle. Une ville durable, solidaire, émancipatrice. Pas celle des projets pharaoniques, parfois inutiles et souvent imposés aux habitants.

Téléchargez la présentation de la réunion d’information-débat du 19 septembre  » Passage en métropole au 1er janvier 2015 : que va-t-il se passer pour les habitants ? «