Les territoires sont au cœur des défis du XXIe siècle. Climat, démocratie, solidarité, énergie, économie, démographie : les villes doivent être créatives pour réussir la transition en accompagnant les besoins des habitants. La Biennale de Grenoble, Les Villes en Transition, propose quatre jours de découvertes, de partages d’expériences, locales comme internationales, de projets et d’envies autour de la transition.

Par voie d’affichage sur les écoles grenobloises, les élus de l’opposition Les Républicains-UDI-Société Civile ont lancé une campagne de désinformation niant les avancées conduites par la majorité sur la part de bio et/ou local dans les assiettes des écoliers à la cantine. Salima Djidel avait pourtant répondu, à maintes reprises, à leurs interrogations et propos erronés.

L’année 2015 a vu la mise en œuvre de chantiers fondamentaux pour l’amélioration du cadre de vie des Grenobloises et des Grenoblois. Ces chantiers seront poursuivis et développés en 2016, avec l’ambition de faire de Grenoble une ville plus apaisée, plus conviviale, plus saine, dans laquelle il fait bon habiter.

Lundi 5 janvier 2015 : pour marquer le passage au 50% de bio et/ou local dans les cantines de la ville, un premier repas 100% bio a été servi aux petits Grenoblois. Le 100% bio et/ou local tous les jours reste un des objectifs du mandat.

Chaque jour, nous tâchons de construire le Grenoble du 21e siècle. Une ville durable, solidaire, émancipatrice. Pas celle des projets pharaoniques, parfois inutiles et souvent imposés aux habitants.