Voeu porté par le Groupe RCGE lors du Conseil municipal du 9 juillet 2018 pour l’amélioration de la condition des animaux.

Samedi 9 juin 2018, + de 100 000 métropolitain·es étaient réuni·es pour la 4e édition de la Fête des Tuiles sur les cours Jaurès/Libération piétonnisés pour l’occasion ! Retour en images sur cette grande fête populaire !

Samedi 26 mai s’est tenue la 3e édition de la Belle Saison, journée festive autour de l’embellissement et de l’entretien  de l’espace public. L’occasion de faire un point sur l’appel à participation lancé par la Ville pour prendre soin de Grenoble.

Inscrit dans une démarche régionale de renouvellement urbain, le quartier Mistral est en passe de connaître de prochaines grandes évolutions qui lui permettront de s’ouvrir davantage sur et à la ville. Plusieurs délibérations du conseil municipal du 14 mai 2018 vont dans ce sens.

En 2018, le projet métropolitain Cœurs de Ville – Cœurs de Métropole commence à prendre forme. Entre le développement de l’axe Chronovélo 4, l’extension du plateau piéton et la transformation de la place Grenette, les travaux qui vont démarrer prochainement contribueront à améliorer le cadre de vie et à développer l’attractivité commerciale du centre-ville grenoblois.

La question du réaménagement du quartier de l’Esplanade avait été l’un des sujets emblématiques de la campagne municipale 2014. Deux mois seulement après les élections, les élu•e•s du Rassemblement remettaient à plat ce projet pour le co-construire avec les Grenoblois•e•s. A l’heure où le « Plan Guide » sera voté en conseil municipal, retour sur l’historique de ce dossier et sur ses évolutions.

Après deux années actives de co-construction active, le futur de l’Esplanade se dessine. Les attentes exprimées par les Grenoblois•e•s ont permis l’élaboration d’un « plan guide » qui fixe les orientations à tenir pour réussir la transformation du quartier.

Adoptée par la loi MAPTAM de 2014, la dépénalisation du stationnement payant entrera en vigueur le 1er janvier 2018. A compter de cette date, les automobilistes resquilleurs ne devront plus s’acquitter d’une amende pénale, mais régler à la collectivité un forfait de post-stationnement (FPS) dont le tarif sera délibéré au Conseil municipal du 6 novembre 2017. Retour sur cette petite révolution avec Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux Déplacements.

Avec ses grandes ailes déployées et son corps long de 32 mètres, la nouvelle habitante de la place Saint-Bruno est loin de passer inaperçue ! Dracque n’est d’ailleurs pas une dragonne comme les autres : elle aime quand les enfants grimpent sur son dos et lui chatouillent les naseaux.

youtube.com

Dracque a… Lire la suite

Pour revitaliser son centre-ville, Grenoble étend sa zone piétonne ! Le projet Coeurs de ville Coeurs de métropole, c’est un espace public plus partagé et plus apaisé, et un coeur de ville plus dynamique !

Depuis avril 2014 les élus du Rassemblement agissent à la Ville et à la Métropole pour faire de Grenoble une ville pour tous : une ville où il fait bon vivre, respectueuse de son environnement, solidaire avec ceux qui affrontent les difficultés du quotidien. Cela se traduit par une série de réalisations et de changements déjà opérationnels que nous listons dans un mini-journal cliquable dont voici le septième numéro, consacré à nos politiques en faveur d’un espace public plus convivial et mieux partagé !

Samedi 20 mai, deuxième journée de « grand ménage de printemps », partout dans Grenoble ! Avec le retour des beaux jours, Grenoble propose (et équipe !) les Grenoblois motivés pour embellir leur ville !

Lauréat de la première édition du Budget participatif, le poulailler au coeur du quartier Abry est sorti de terre. Un collectif d’habitant gère les six poules et leur espace de 30m² (comprenant un poulailler et un espace plein air). Ce projet vise à créer du lien social au sein du quartier et à sensibiliser les habitants à la nécessité de réduire la quantité de déchets en nourrissant les poules avec le reste des repas.

En janvier 2016, Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Grenoble et le SMTC présentaient un projet d’envergure pour le centre-ville de Grenoble, dans le cadre de la démarche générale Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole. Ce projet entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle avec l’extension de la zone piétonne du centre-ville et la modification du plan de circulation.

Lors du conseil municipal du 10 avril 2017, la Ville de Grenoble réaffirmera son soutien aux associations environnementales (FRAPNA, LPO) dont se sont désengagés la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le Département de l’Isère.

Les territoires sont au cœur des défis du XXIe siècle. Climat, démocratie, solidarité, énergie, économie, démographie : les villes doivent être créatives pour réussir la transition en accompagnant les besoins des habitants. La Biennale de Grenoble, Les Villes en Transition, propose quatre jours de découvertes, de partages d’expériences, locales comme internationales, de projets et d’envies autour de la transition.

Communiqué de presse du 15 février 2017 – Le 20 juin 2016, le Conseil municipal de Grenoble a adopté une tarification innovante et solidaire pour le stationnement résident (grille progressive en 11 paliers de 10 à 30 € en fonction des revenus). Parce qu’il est temps de réconcilier droit à la mobilité et justice sociale, cette innovation permettait à 40 % des usagers grenoblois de payer moins cher leur ticket résident.

Depuis avril 2014 le groupe des élus du Rassemblement agit à la ville et à la métropole pour faire de Grenoble une ville pour tous : une ville où il fait bon vivre, respectueuse de son environnement, solidaire avec ceux qui affrontent les difficultés du quotidien. Cela se traduit par une série de réalisations et de changements déjà opérationnels dont nous listons les principaux dans un mini-journal cliquable dont voici le second exemplaire, axé sur nos politiques en faveur d’une ville plus respirable.

Sur l’ensemble de son territoire, Grenoble compte quelques 35 000 arbres (sans compter les arbres implantés sur le domaine privé !). Un nombre qui se remet à croître depuis 2014, puisque la ville a gagné 608 arbres de plus sur les deux dernières années.

La concertation préalable qui s’est déroulée à l’automne 2016 a permis de recueillir l’avis des métropolitains sur le projet d’aménagement du centre-ville de Grenoble. Le bilan de cette concertation fait état d’une adhésion globale aux grands objectifs du projet, notamment sur l’extension de la zone piétonne du centre-ville. Celle-ci pourrait être mise en œuvre dès le printemps 2017.

Présenté lors du conseil municipal du 19 décembre, le nouveau règlement des marchés de plein air est le fruit de plusieurs mois de travail et de discussion avec les commerçants non-sédentaires et leurs représentants. Il prend également en compte les nombreuses remarques qui ont été adressées à Lucille Lheureux, adjointe en charge de ce projet, lors de la phase de discussion ouverte depuis début octobre.

Lors de la votation citoyenne d’octobre 2016, la proposition portée par le C.L.U.Q. demandant à la Ville d’abroger la délibération relative à la tarification du stationnement n’a pas atteint le seuil prévu dans le cadre de ce dispositif. Cependant la majorité municipale partage la volonté de poursuivre l’échange autour de la politique de stationnement avec les acteurs concernés : nous souhaitons suivre ses effets et pouvoir l’ajuster si nécessaire, en tenant compte de la spécificité de chaque quartier.

Grenoble est une ville jeune, étudiante, marquée par un fort dynamisme culturel et évènementiel. Elle doit se penser dans tous ses temps et ses espaces : ses divers usages doivent s’y développer sans entrer en concurrence. Ainsi faut-il à la fois accueillir des activités nocturnes conviviales tout en considérant que chacun a droit à la tranquillité. C’est le travail porté par Lucille Lheureux, adjointe à l’Espace public, et Elisa Martin, adjointe à la Tranquillité publique, en lien avec les élus de secteur.

La Ville de Grenoble s’est fixé comme objectif de ramener de l’activité commerciale en ville et de renforcer la vitalité de proximité dans ses quartier. Elle rompt ainsi avec des décennies de politiques qui planifiaient l’expulsion de l’activité en dehors de son territoire, notamment par le développement massif des grands centres commerciaux à chaque terminus de tram. Ces politiques ont anesthésié l’activité grenobloise et détruit un grand nombre d’emplois.