A Grenoble, conformément aux engagements de l’équipe municipale et malgré un contexte contraint de baisse des dotations de l’Etat (-6M€ encore en 2016), la fiscalité locale est restée stable et l’endettement maitrisé.

Après 5 ans de présidence Hollande, l’élection d’Emmanuel Macron et la désignation de son Gouvernement marquent comme une rupture dans la continuité. La mise en application du programme porté par le Président Macron risque fortement de fragiliser encore plus les collectivités. Entre la poursuite annoncée de la baisse des dotations (engagée par Manuel Valls au lendemain des municipales de 2014) et de nouvelles charges financières à prévoir, notre majorité sera vigilante et mobilisée pour préserver la pérennité et la qualité des services publics locaux et assurer le rôle moteur et novateur des collectivités en termes de développement solidaire et écologique des territoires.

Voeu du Conseil municipal de la Ville de Grenoble proposé par les élus du Rassemblement Citoyen, de la Gauche et des Ecologistes en soutien au « Manifeste des maires de France et des présidents d’intercommunalité pour des communes fortes et vivantes au service des citoyens » de l’AMF, à l’attention des candidats à l’élection présidentielle

Le Budget 2017 sera voté lors du Conseil municipal du 19 décembre. Dans un contexte toujours contraint, la majorité municipale exposera, dans ce document de référence, les perspectives financières et politiques pour l’année 2017 et au-delà. Situation budgétaire stabilisée, pas de hausse d’impôt, priorité à la transition sociale, écologique et démocratique, bon niveau d’investissement … tels sont les axes forts du budget 2017.

Brest, ville socialiste de 140 000 habitants, est contrainte elle aussi de mettre en œuvre « un plan de sauvegarde » de ses services publics locaux. Nous le craignions : la baisse des dotations va mettre en difficulté les services publics locaux partout en France.

Notre majorité est confrontée à un contexte budgétaire inédit. Malgré un héritage financier catastrophique, une baisse historique des financements de l’Etat (moins 20 millions de dotations annoncés 15 jours après les élections de 2014) et l’impossibilité de recourir à l’emprunt, notre volonté de ne pas augmenter les impôts (déjà trop élevés et socialement injustes) reste intacte.

Avant que le budget 2017 ne soit voté au conseil municipal du 19 décembre, les Grenoblois sont invités à discuter avec les élus des orientations budgétaires. L’occasion pour la majorité municipale de partager ses priorités politiques et les déclinaisons budgétaires qui en découlent pour l’année 2017.

Conseil municipal du 7 novembre 2016 – Lors du débat d’orientation budgétaire, Laurence Comparat dénonce le double discours des oppositions grenobloises. Soutenant les politiques récessionnistes mises en place par le Gouvernement socialiste ou annoncées par les candidats à la primaire de droite, elles ferment pourtant les yeux sur la situation budgétaire grenobloise (et plus généralement sur celle des autres collectivités) et sur la nécessité d’agir pour préserver la capacité d’action de la Ville.

Le Rapport d’orientation budgétaire 2017 est au débat du Conseil municipal du 7 novembre. Dans un contexte toujours contraint, la majorité municipale expose, dans ce document de référence, les perspectives financières et politiques pour l’année 2017 et au-delà. Situation budgétaire stabilisée, pas de hausse d’impôt, priorité à la transition sociale, écologique et démocratique, bon niveau d’investissement … tels sont les axes forts du budget 2017 en préparation.

La Cour des Comptes vient de publier son rapport d’analyse (concernant l’année 2015) sur les finances des collectivités locales. Si, à partir d’une analyse uniquement « macro » et « financiariste » la ce rapport relève des évolutions positives, il faut le lire en détail pour voir confirmer que la situation est en réalité extrêmement difficile pour nombre de collectivités.

Tribune Gre.mag de septembre 2016 – Dès le début de mandat, la majorité municipale a dû faire face à une situation financière sans précédent : des dépenses en forte hausse, une dette parmi les plus élevées de France et une politique intercommunale dix ans en retard.

Présentation des grandes lignes du compte administratif 2015 par Hakim Sabri lors du conseil municipal du 20 juin 2016.

Conseil municipal du 20 juin 2016 – Intervention de Laurence Comparat, pour le groupe RCGE, lors du débat sur le Compte Administratif 2015.

Marqué par la baisse des dotations de l’Etat et montrant le sérieux des prévisions puis de l’exécution budgétaire, le Compte Administratif 2015 sera présenté lors du conseil municipal du 20 juin 2016. Ce compte administratif 2015 correspond à la première année de gestion pleine et entière de la nouvelle municipalité. En cela, il traduit comptablement et financièrement les orientations et projets décidés par l’équipe municipale.

Communiqué de presse d’Eric Piolle du 2 juin 2016.

Communiqué de presse de la Ville de Grenoble et de Grenoble-Alpes Métropole du 18 mars 2016.

Le budget global de la Ville de Grenoble pour 2016 sera de 344 millions d’€. Vous trouverez ici les chiffres clés à connaître pour une première approche des finances de la ville pour l’année à venir.

De nombreux éléments rendent complexe la comparaison entre le BP2015 et le BP2016. En effet, de nombreux évènements impactent son périmètre faussant toute analyse rapide des différentes lignes.

Par le budget 2016, la Ville de Grenoble s’engage dans un nouveau cycle : s’appuyer sur le cœur de compétence de la commune pour une action de proximité et de qualité, construire la ville de demain en dynamique avec l’aventure métropolitaine.

Conseil municipal du 20 novembre 2015 – Lors du débat d’orientation budgétaire 2016, Elisa Martin revient sur la situation financière de la ville de Grenoble au cours d’un diagnostic complet présentant les choix de la municipalité tracer le chemin vers le Grenoble de demain

Conseil municipal du 20 novembre 2015 : lors du débat d’orientation budgétaire, Hakim Sabri dresse un tableau complet de la situation financière de la Ville de Grenoble et de l’impact réel de la baisse des dotations de l’Etat.

Face aux mensonges des oppositions qui nient la réalité des chiffres de la baisse des dotations de l’Etat, Eric Piolle remet les points sur les i et rétablit la vérité sur la situation financière de la ville de Grenoble.

Le mercredi 25 novembre 2015, afin de répondre à l’appel lancé par l’Association des Maires de France contre la baisse des dotations aux collectivités, les services publics seront fermés et inaccessibles aux Grenoblois.

Vendredi 13 novembre 2015 – Eric Piolle était l’invité d’Yves Calvi sur RTL. Il est revenu sur la situation difficile de Grenoble (baisse des dotations de l’Etat, choix de la majorité précédente) ainsi que sur la journée du 25 novembre durant laquelle la plupart des services publics de la Ville et du CCAS seront fermés au public. Cette action s’inscrit dans la mobilisation impulsée par l’Association des Maires de France (AMF) contre la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités.