Vendredi 13 novembre 2015 – Eric Piolle était l’invité d’Yves Calvi sur RTL. Il est revenu sur la situation difficile de Grenoble (baisse des dotations de l’Etat, choix de la majorité précédente) ainsi que sur la journée du 25 novembre durant laquelle la plupart des services publics de la Ville et du CCAS seront fermés au public. Cette action s’inscrit dans la mobilisation impulsée par l’Association des Maires de France (AMF) contre la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités.

Le 16 novembre 2015, se tiendra comme chaque année au conseil municipal un débat sur les orientations budgétaires de la Ville. Ce débat intervient avant l’examen le 21 décembre prochain du budget prévisionnel pour l’année 2016.

Au moment de bâtir le budget pour 2016, la Ville de Grenoble doit relever un immense défi : bâtir la ville de demain tout en faisant face à une pénurie financière inouïe. Cette pénurie, si nous n’agissons pas, conduira Grenoble à devenir la première grande ville de France à faire faillite.

Le compte administratif 2014 s’inscrit dans une situation particulière : il clôt le budget 2014 décidé par l’ancienne majorité et réalisé, à partir d’avril 2014, par la nouvelle équipe municipale. Il montre déjà l’effort porté par les élus du Rassemblement pour proposer un nouveau cap.

Le compte administratif 2014 s’inscrit dans une situation particulière : il clôt le budget 2014 décidé par l’ancienne majorité et réalisé, à partir d’avril 2014, par la nouvelle équipe municipale. Il montre deux grandes tendances : d’une part la détérioration des grands équilibres financiers enclenchée dès 2012 et, d’autre part, l’effort porté par les élus du Rassemblement pour en corriger le cap.

Le premier budget de l’équipe municipale, c’est l’occasion d’engager les actions qui vont courir tout le long du mandat, pour dessiner dès aujourd’hui le Grenoble de 2020.

Déjà présentées aux habitants lors de trois réunions publiques, les grandes orientations du budget 2015 seront débattues lors du conseil municipal du 26 janvier. Un moment important pour notre ville puisque cette présentation établira les bases concrètes de la mise en œuvre du projet choisi par les Grenoblois : faire de Grenoble une ville pour tous.

Trois réunions publiques autour du budget 2015 seront organisées par la Ville de Grenoble les 19, 21 et 23 janvier.

Tribune Gre.mag de janvier 2015 – Le conseil municipal de février adoptera le premier budget de la mandature. Baisse sans précédent des dotations de l’Etat (-7 M€ par rapport à 2013), dégradation depuis 2011 des finances, passage en Métropole: malgré ces contraintes, ce budget répondra aux urgences d’aujourd’hui et aux enjeux de demain !

Présentation des conclusions de l’audit financier 2004-2013 par Hakim Sabri, adjoint aux Finances, lors du conseil municipal du 15 décembre 2014.

A la demande du Maire, un audit des finances municipales a été réalisé par les services de la Ville. Il dresse le bilan de la situation actuelle de Grenoble pour mieux préparer les années à venir.

Lors du conseil municipal du 17 novembre 2014, Laurence Comparat a appelé à la mobilisation des élus et citoyens contre la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.

Lors du conseil municipal du 27 octobre, le groupe du Rassemblement présentait un vœu pour un maintien des dotations de l’Etat aux collectivités locales. Pour Grenoble, la baisse prévisionnelle de ces dotations atteignait alors 41 millions d’euros sur 4 ans. La situation pourrait être pire encore !

Chaque jour, nous tâchons de construire le Grenoble du 21e siècle. Une ville durable, solidaire, émancipatrice. Pas celle des projets pharaoniques, parfois inutiles et souvent imposés aux habitants.

Conformément à l’engagement n°14 de nos 120 engagements pour Grenoble, les débats du Conseil Municipal sont désormais retransmis en direct et en VOD sur Internet.

Retrouvez en ligne le conseil municipal du 30 juin 2014 où ont été abordés des sujets d’importance tels que l’état des finances de la Ville, la… Lire la suite

Avec ce Conseil municipal la nouvelle majorité accélère le rythme pour réparer ce qui a été mal géré, pour préparer l’avenir et mettre en œuvre les engagements pris devant les grenoblois. Notre volonté est de clarifier et d’assainir plusieurs dossiers ayant des impacts financiers importants pour la Ville de Grenoble, comme Alpexpo, le Palais des Sports ou le Stade des Alpes, permettant de tenir une exigence de transparence vis-à-vis des Grenoblois et de redonner une perspective pour l’avenir de ces équipements.

Lors de la conférence de Presse tenue le 5 juin à l’Hôtel de Ville, Eric Piolle et Hakim Sabri, adjoint aux finances, ont présenté les perspectives financières pour la Ville de Grenoble. On y apprend que « concernant l’année 2014 : le budget de l’ancienne majorité n’était équilibré qu’en apparence. » Eric Piolle a donc demandé aux services de la Ville de travailler à la réalisation d’un audit financier, car « en ce début de mandat, il est important d’avoir une analyse intégrale sur l’état des finances municipales, pour voir où sont les champs d’actions et les contraintes. »

Le 25 juin dernier, a eu lieu à l’Hôtel de Ville de Grenoble, la première séance de formations : « Comment le budget municipal se structure-t-il ? ». Environ 150 Grenobloises et Grenoblois ont passé 3 heures à travailler sur le fonctionnement du budget de leur ville.

Comment le budget municipal se structure-t-il ? Une soirée de formation pour mieux comprendre.

Cette formation, organisée à la demande de la majorité municipale du Rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes et dispensée par les services de la Ville a pas pour objet d’exposer les contraintes de l’exercice budgétaire et les éléments sur lesquels un conseil municipal peut agir. Ainsi, chacun-e pourra ensuite juger, dès les mois suivants, des décisions qui seront débattues lors de la préparation du budget 2015 de la ville.

Par le biais de cette délibération en donnant mandat ce soir à Monsieur le Maire lui permettant d’ouvrir des négociations avec les autres communes délégantes, et la Cie de chauffage délégataire de ce service public, nous souhaitons mettre fin si les discussions aboutissent à un problème de tarification. Il aura fallu une mobilisation importante qui aura duré plus de 4 ans pour qu’on puisse enfin arriver au vote de cette délibération.