Si la qualité de l’air est globalement en amélioration régulière depuis une vingtaine d’années en France comme sur l’agglomération grenobloise, des difficultés persistent et les concentrations en trois polluants atmosphériques (particules fines, dioxyde d’azote et ozone) continuent de dépasser les valeurs limites européennes sur le bassin grenoblois. Les collectivités et services de l‘Etat doivent agir sur ces leviers pour réduire les émissions de polluants.

Yann Mongaburu était l’invité d’Europe 1 pour présenter un dispositif de gestion des pics de pollution innovant associant gratuité progressive des transports en commun et limitation ciblée de la circulation automobile.

A l’initiative de Grenoble-Alpes-Métropole, la majorité des communes de la métropole, dont Grenoble, s’engage aujourd’hui à généraliser la vitesse automobile à 30 km/h et à repenser la conception de leurs espaces publics. Cette démarche s’attache à rendre nos villes plus agréables à vivre pour les riverains, plus conviviales pour les visiteurs, mieux adaptées aux usagers les plus vulnérables et plus sûres pour les piétons et les cyclistes.

Urbain par excellence, l’usage du cycle est à la fois facile, pratique, rapide et économique. Avec un coût social quatre fois moindre que celui de la voiture et des transports collectifs, il a tout son rôle à jouer dans le cadre d’une politique globale et complémentaire de déplacements, au service de la santé des habitants. Entre des aménagements de voirie plus lisibles et plus adaptés, des possibilités de stationnement plus nombreuses et plus accessibles et la mise en place prochaine d’ « autoroutes à vélo », Grenoble-Alpes Métropole a placé sa politique cyclable au service d’une métropole apaisée.

Annoncée le 9 juillet, la nouvelle grille tarifaire du réseau TAG est entrée en vigueur le 1er septembre 2015. Son principal objectif : instaurer une tarification plus juste pour assurer plus d’équité sociale en matière de transports.

Le conseil municipal du 26 janvier présentera un plan d’actions afin de mettre en place une logistique urbaine durable dans l’agglomération grenobloise. Il vise à améliorer à la fois l’attractivité économique de la ville et la qualité de vie en prenant en compte la logistique dans les projets d’aménagement urbain. Concrètement, il pourrait s’agir de mettre en place des centres de logistique aux portes de l’agglomération afin d’optimiser les livraisons et les tournées et réduire ainsi le nombre de camions circulant dans la ville.

Lettre de Yann Mongaburu, Président du SMTC, à Alain Cottalorda, Président du Conseil Général de l’Isère, adressée le 20 décembre 2014

Chaque jour, nous tâchons de construire le Grenoble du 21e siècle. Une ville durable, solidaire, émancipatrice. Pas celle des projets pharaoniques, parfois inutiles et souvent imposés aux habitants.

Communiqué de presse du 1er septembre 2014 du groupe RCGE.

A l’appel de l’ADTC, une soixantaine d’usagers a manifesté ce matin contre l’amputation du tracé de la ligne Transisère 6020 décidée en mai dernier par le Conseil Général de l’Isère. Plusieurs élus du groupe RCGE ont répondu présent pour soutenir leur… Lire la suite